Jean Louis Aubert au Zénith

Ce soir, c'est dans un Zénith archi-comble, que se produit Jean-Louis Aubert. Il est venu présenter son dernier opus « Roc Eclair ». Un album qui fait suite au décès de son père et qui retranscrit diverses rencontres, toutes plus touchantes les unes que les autres. Le challenge présent est de restituer un album singulier, personnel avec des mélodies plus Rock et des thèmes plus légers tirés de ces précédentes créations.

Premier détail, il n'y a pas de première partie. A l'accoutumée, les groupes actuels nous offrent un set d'1h30 environ. L'ancien leader de Téléphone ne mange pas de ce pain là, il nous servira, s'il vous plaît, un show de 2h30 ! Autant dire qu'il tient la forme !

Les lumières s'éteignent. Sous un bruit de tonnerre et une pluie d'applaudissements, la rock star, coiffée d'un chapeau et un imper sur le dos,  fait son apparition sous les projecteurs.  Une mise en scène très sympa et une ambiance déjà palpable. La soirée sera comme à son habitude : extraordinaire.« Maintenant je reviens » ouvre le bal via une rythmique qui tranche avec la verson cd, plus posée. Suivi du tube « Demain sera parfait ».  Sur scène, il y a du lourd. Jean-Louis est rejoint par deux guitaristes, deux batteurs, un bassiste, un clavier et trois cuivres. Ensemble, ils revisitent les titres phares qui ont marqué la carrière du chanteur ainsi que celle du quatuor Rock des années 70's. Un véritable best-of, rappelant aux trentenaires comme moi leurs souvenirs d'ados.  D'autres morceaux viennent agrémenter le répertoire :« Argent trop cher », « Les plages », « Le jour se lève encore », « Locataire » dans une version tantôt ska, tantôt funky, sur un solo de trois guitares laissant bouche bée.  Le fameux « Bleu, blanc vert » est scandé par toute l'audience. S'en suivent « Le jour s'est levé », « Juste une illusion » enchaînant avec une reprise de « Paint it black » . Eh oui, notre Mick Jagger national ne changera jamais ! « Temps à nouveau » ,« Ca c'est vraiment toi »  et « Voilà c'est fini » viendront clore le spectacle. Rappelé une seconde fois par une salle déchaînée, il remonte sur scène muni de sa guitare. Jean-Louis dit nous aimer et ça tombe bien parce nous l'aimons aussi.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
174 queries in 0,621 seconds.