Electro Deluxe fête la musique à l’Hippodrome de Marcq-en-Baroeul

Qu’il est doux ce premier soir de l’été, on déambule aimablement dans le parc de l’hippodrome Serge Charles, tous les publics sont réunis autour d’une programmation variée : un concert de l’orchestre à cordes Arcangelo, une formation multi instrumentale qui offre des variations tziganes en déambulant dans les allées, New Blow qui lance l’ambiance avec toute son énergie pop-rock, suivis de Phil Sk et son assemblage rock, hip hop et country. On prend un verre, un snack, la salle se remplit doucement. Sur la scène principale, June Bug délivre les poétiques compositions de sa chanteuse Sarah June, aux accents électroniques et folk.

Le funky jazz survolté d’Electro Deluxe

Electro Deluxe, se fait attendre… Le public, très dense, patiente dans la bonne humeur, jusqu’au coucher du soleil. Les premiers accords de « KO » se projettent sous un élégant et tonique light show. Et là ça dégage…

Ce soir, Electro Deluxe, E2L en plus précieux, c’est 7 musiciens et 3 choristes, qui livrent avec puissance leur mélange de jazz, soul, funk et hip hop, agrémenté de samples et de boucles électro… Quelle énergie ! Un son explosif, chaleureux et spontané. James Copley, le chanteur américain, un peu crooner, un peu rocker, envoie un son chaleureux et décapant, appuyé par le jubilatoire trio de cuivre (Thomas Faure, Vincent Payen, Bertrand Luzignant)… La batterie (Arnaud Renaville) et les claviers inventifs et impeccables (Gaël Cadoux), la basse et son groove (Jérémie Coke), les musiciens sont excellents. Les choristes (Crystal Petit-Knight, Tanya Michelle Smith, Indy Eka) se donnent à fond, et parfois rejoignent James pour des duos déchaînés.

« Devil », « Heaven can wait » se succèdent et « Keep my baby dancing » libèrent le public définitivement, qui danse, chante, claque des doigts et des mains. James Copley s’y entend pour chauffer la salle… On poursuit avec « Twist her », un peu plus tard c’est la version jazzy du « Stayin’ alive » des Bee Gees., sur laquelle s’enchaînent les « Let’s go to work » et « Smoke » que n’aurait pas boudés Sly stone. Pickitup, pickitup, pickitup !

L’énergie inclassable

Depuis quinze ans, Electro Deluxe, enchaîne les tournées en Europe et partout en France, et s’impose les festivals les plus prestigieux. Une vraie identité éclectique et libre, solidement ancrée dans les classiques du jazz, de la soul ou du funk.

Bonus de Marcq : le nouvel album d’E2L

Electro Deluxe prépare un nouvel album, « Bold and shaved », attendu pour octobre 2019, et qu’on a hâte d’écouter. Plusieurs titres en ont été extraits, spécialement pour le public de l’hippodrome ce soir, en toute avant-première.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
267 queries in 1,841 seconds.