Aujourd’hui9 événements

Ayo à l’Aéronef

« Ô Aéronef, toi qui m'as livré tant d'émotions déjà, donne moi encore de tes bonnes vibrations ! » disait Mike il n’y a pas si longtemps. Et bien le lieu semble propice aux bonnes vibrations car une fois de plus quel concert !!!!!

Pour la petite histoire, la chanteuse de la soirée s’appelait Ayo, traduction Yoruba de son prénom Joy (joie). Son album, quant a lui, s’appelle « Joyful », (plein de joie) un vrai rayon de soleil qui émane de son visage de femme-enfant. Ca c’est le papier qui le dit, je ne demandais qu’à vérifier…

Tout juste 21h, Ayo entre sur scène, le sourire jusqu’aux oreilles, un petit mot pour le public et c’est parti. Elle arbore un bonnet et une écharpe, on est dans le nord mais tout de même, avait-elle peur qu’il fasse si froid dans notre Aéronef ?? Tout le monde embarque (dans l’Aéronef justement avec Ayo en commandant de bord) et l’on est forcés de constater que son prénom qui signifie « joie » n’est pas galvaudé, et que Ayo a un talent même pas permis. Deuxième chanson, problème de tabouret, mais finalement pas de soucis, c’est même l’occasion d’une partie de rigolade avec le public, qu’elle vient de se mettre dans la poche, l’affaire est bouclée, plus tard elle nous fera meme une danse, nous prevenant que son nouveau tabouret est tellement confortable qu’elle n’assure pas de danser toute la chanson, faisant une nouvelle fois sourire le public. Un regard, un signe de la main, un petit sourire, quelques paroles en français, un rythme soul, une voix hallucinante, bref c’est ça le monde de Ayo, plus besoin de chercher de références, de comparaisons. Mais une chose est sure, la scène elle connaît, celle pour qui tout a commencé en guitare-voix, faisant ses preuves dans des petites salles, le rappel est justement en guitare voix. Ambiance intimiste lors de cette chanson, suivie d’un morceau improvisé pour attendre ses musiciens, agrémenté de paroles pleines d’humour. Le show se termine, presque 2h de concert, et l’impression que ça vient de commencer… Dis monsieur elle revient quand Ayo Review & Photos : Olivier - Lillelanuit.com

_________________________________________________________________________
Natural Woman (par Alice - Lillelanuit.com)

On ne le répétera jamais assez, Ayo qui signifie "joie" en dialecte Yoruba porte son prénom comme personne. Son single "Down on my knees" a bercé votre fin d'été. Il est extrait de son premier album, Joyful, enregistré à New York en seulement 5 jours avec, à la production, Jay Newland.

L'Aéronef se remplit petit à petit. Beaucoup d'amoureux, des mères avec leurs filles, des copines et quelques collègues de bureau venus tâter le charme de la belle métisse..
C'est une certaine Little accompagnée d'une simple guitare qui chauffe la salle, non sans difficulté et avec des compo naïves à la limite de la morosité... mais il fallait oser. Verdict: encouragements, doit perséverer dans ses efforts.

Le public piétine et trépigne... enfin, la charmante silhouette et ses musiciens apparaissent.
A la troisième chanson, Ayo décide de s'écarter des compositions de son album pour nous offrir autre chose. Elle entame alors une chanson, Africa, évoquant l'histoire des états d'Afrique et la force de ses peuples. Avec Africa, Ayo ouvre une brèche dans notre carapace du quotidien. Elle s'y installe et entame alors avec nous, public, une discussion. Elle tient les notes d'un discours autant particulier qu'universel. Il évoque sa trajectoire de vie, de fille, de femme, de mère. Fille d'un père nigérien, immigré en allemagne et d'une mère roumaine gitane, Ayo se construit sur des influences musicales riches. Soul, jazz, funk, folk, afro-beat, reggae... qu'on retrouve en filigrane dans ses propres compositions.

Un batteur, une basse et une guitare accompagnent la chanteuse qui passe de la gratte au piano sans trop de difficultés. Elle s'amuse des petits soucis techniques et de ses faiblesses. Le show n'est pas strictement réglé et minuté. Il respire. Ayo abandonne son tabouret bancal pour passer au près de ses musiciens, derrière la batterie. Sa silhouette longiligne entame quelques pas de danse et rapidement Ayo mène le public par le bout du nez. Des petites improvisations qui renforcent le côté "real" de la chanteuse qui ne quitte plus la scène.

Les spectateurs ne sont plus seulement un public, mais un corps uni par la force légère d'une conversation musicale. Prenez et abreuvez-vous en tous, ceci est mon "song" livré pour vous.
Peu importe la langue utilisée et quelles références chacun met derrière les mots. Le message est clair et simple. Si simple que je le trouvais plat à l'écoute de l'album. Mais sur scène, le relief est tout particulier. Ayo prêche le bonheur. Elle ré-enchante le temps d'une soirée notre petit monde moderne parasité de tracas quotidiens. Pour moi, tout ne s'arrete pas là, à la porte de la salle d'où sort le public manifestement souriant. Le message d'Ayo continue son petit bout de chemin.
Rentre chez toi et distribue l'Ayo chaque jour autour de toi.

Peace

Review : Alice - Lillelanuit.com
Photos : Olivier - Lillelanuit.com

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
285 queries in 0,320 seconds.