Aujourd’hui14 événements

« Tout ce qu’il me reste de la Révolution » : Judith Davis signe une comédie politique et citoyenne décapante !

Pour l’Actu Ciné de la semaine, Lille La Nuit donne la prime à la jeunesse, aux idéaux, à l’engagement avec Tout ce qu’il me reste de la Révolution. Ce premier long-métrage original, politique et libre - interprété et réalisé par Judith Davis - déboule au bon moment dans les salles françaises…

Tout ce qu'il me reste de la Révolution de et avec Judith Davis : Angèle se confronte à ses idéaux. Qui sont aussi les nôtres.

Judith Davis : actrice et réalisatrice

Après avoir fait des études de philo, Judith Davis s’est « accoquinée » avec un collectif de comédiens flamands Tg STAN. Il n’en faut pas davantage pour que la jeune femme attrape le virus de la scène. Elle fonde avec des camarades la troupe de théâtre L’Avantage du Doute. Un spectacle naît en 2009 : Tout ce qu’il me reste de la Révolution c’est Simon, qui donne naissance aujourd’hui à un film au titre quasi éponyme.

Un monde dans lequel le leader des Sex-Pistols  vend de la margarine

Dans Tout ce qu’il me reste de la Révolution, Angèle se confronte à ses idéaux, à ceux de son père, s’engage, se bat, brasse beaucoup d’air tout en étant d’une sincérité, d’une candeur désarmantes. Elle a les problèmes des jeunes gens d’aujourd’hui, qui ne sont sans doute pas très éloignés de ceux d’hier. Sauf que la société a changé. Nous ne sommes plus dans les trente glorieuses. Il ne suffit pas de traverser la rue (bonne blague !) pour trouver un nouveau job. La délocalisation fait des morts au sens propre comme au sens figuré. L’utra-capitalisme est au pouvoir. Le marxisme est une bien vieille histoire. Le McDo est arrivé depuis longtemps déjà. Des employeurs se donnent bonne conscience en utilisant le terme de « Mise en situation professionnelle » en lieu et place du mot stagiaire. Pire : Johnny Rotten (Johnny Lydon) leader des Sex Pistols, symbole des valeurs anti-libérales, vend de la margarine dans des publicités ! Dans ce monde déréglé, l’incommunicabilité, l’exploitation, l’égoïsme, l’égotisme semblent ont gagné !

Tout ce qu'il me reste de la Révolution de et avec Judith Davis : Angèle et ses camarades vont comprendre que changer le monde est une entreprise ardue.

Il y aurait vraiment de quoi se tirer une balle si Tout ce qu’il me reste de la Révolution n’était pas si drôle. Judith Davis a été élevé, a grandi, dans un milieu militant et engagé politiquement. Le personnage d’Angèle, c’est un peu son double à l’écran. Quelle énergie ! C'est une furie, une pasionaria, un concentré de vitamine C ! La comédienne déploie un abattage digne des grandes actrices de comédies. Le sens du rythme est là, tout comme la capacité à occuper l’espace (l’expérience du théâtre y est sans doute pour beaucoup). Pour autant, Tout ce qu’il me reste de la Révolution prend une valeur universelle. Si Angèle est au cœur de l’histoire, on se reconnaît à n’importe quel âge (et quelque soit son genre) dans le portrait qui est dressé de la jeune femme. Le film, malgré une mise en scène trop fonctionnelle est passionnant car il pose de vraies questions, capitales, essentielles.

Tout ce qu'il me reste de la Révolution de et avec Judith Davis : les réunions de groupe sont hilarantes !

Des questions, de l'humour et du poil à gratter

Comment être heureux dans un monde qui pressurise l’humain ? Comment s’épanouir dans ces entreprises pour lesquelles le maître-mot est rentabilité ? Le travail est-il une source d’épanouissement ou d’aliénation ? Qu’est-ce qui nous rattache à nos parents ? Peut-on croire en l’avenir ? Tout ceci est terrifiant bien sûr, mais Judith Davis à l’élégance de traiter ces problématiques avec légèreté et énergie. Et en y mettant , aussi, pas mal de poil à gratter. Le but de Tout ce qu’il me reste de la Révolution n’est pas de caresser le spectateur dans le sens du poil. Judith Davis a le chic pour que nous ne sachions plus si nous devons nous marrer ou pleurer. Les deux à la fois sans doute. En nous déstabilisant, en nous secouant, en nous confrontant à nos propres contradictions, en nous renvoyant à nos petites compromissions de chaque jour, Judith Davis secoue le cocotier et met les pieds là où ça fait mal : dans la gueule ! Mais toujours avec le sourire et pas mal de tendresse.

Tout ce qu'il me reste de la Révolution de et avec Judith Davis : la comédienne-réalisatrice secoue le cocotier et met les pieds là où ça fait mal. Mais avec pas mal de tendresse.

En s’entourant de la troupe de comédiens du spectacle d’origine (Claire Dumas, Mélanie Bestel, Nadir Legrand et Simon Bakhouche) mais aussi des touchants Malik Zidi et Mireille Périer (actrice culte vue chez Carax, magnifique dans le rôle de la mère d’Angèle), Judith Davis fait un quasi sans faute. Tout ce qu’il me reste de la Révolution est une première œuvre singulière, émouvante, décapante, revigorante ! Qui donne envie de se bouger le cul !

Les infos sur "Tout ce qu'il me reste de la Révolution"

Synopsis : Angèle avait 8 ans quand s’ouvrait le premier McDonald’s de Berlin-Est… Depuis, elle se bat contre la malédiction de sa génération : être né « trop tard », à l’heure de la déprime politique mondiale. Elle vient d’une famille de militants, mais sa mère a abandonné du jour au lendemain son combat politique, pour déménager, seule, à la campagne et sa sœur a choisi le monde de l’entreprise. Seul son père, ancien maoïste chez qui elle retourne vivre, est resté fidèle à ses idéaux. En colère, déterminée, Angèle s’applique autant à essayer de changer le monde qu’à fuir les rencontres amoureuses. Que lui reste-t-il de la révolution, de ses transmissions, de ses rendez-vous ratés et de ses espoirs à construire? Tantôt Don Quichotte, tantôt Bridget Jones, Angèle tente de trouver un équilibre…

Tout ce qu'il me reste de la Révolution de Judith Davis
Avec : Judith Davis, Malik Zidi, Claire Dumas, Mireille Perrier, Mélanie Bestel, Nadir Legrand, Simon Bakhouche

Production : Agat Films & Cie / Apsara Films
Présenté aux Arras Film Festival, Festival du film francophone d'Angoulême - Prix du Jury

Durée : 1h28
Sortie le 06 février 2019

Affiche, photos et film-annonce © Agat Films & Cie et UFO Distribution

Revenir aux Actus
À lire aussi
205 queries in 1,507 seconds.