Aujourd’hui6 événements

« Le Cas Richard Jewell » : Clint Eastwood pourfend une Amérique réactionnaire et sécuritaire

L’Actu Ciné de Lille la Nuit s’intéresse au film de Clint Eastwood : Le Cas Richard Jewell. Énorme bide aux Etats-Unis, le long-métrage d’Eastwood n’en est pas pour autant dénué d’intérêt. S’il n’est pas exempt de défauts, Le Cas Richard Jewell convainc souvent. Et interroge une Amérique réactionnaire. En transposant cette histoire vraie, le cinéaste de 89 ans révèle un acteur génial, Paul Walter Hauser, et confirme le talent de Sam Rockwell...

Pour Richard Jewell (impressionnant Paul Walter Hauser), l'enfer va bientôt commencer.

Clint Eastwood filme une histoire vraie

Après s’être égaré avec Le 15h17 pour Paris, Eastwood est revenu au top de sa forme en signant La Mule, qui voyait certainement sa dernière apparition devant la caméra. On espère que la légende du cinéma reviendra sur sa décision. En attendant, il continue de réaliser avec la régularité d’un métronome.

Dans Le Cas Richard Jewell, Eastwood relate une histoire vraie : le calvaire vécu par un agent de sécurité, Richard Jewell donc, ayant découvert un sac piégé lors de jeux olympiques d’été d’Atlanta en 1996. D’abord considéré comme un héros, l’homme devient ensuite le principal suspect d’une enquête pour terrorisme menée par le FBI.

La révélation Paul Walter Hauser

La force principale du film d’Eastwood, c’est son interprète principal : Paul Walter Hauser (déjà vu dans l'excellent Moi, Tonya) ! L’acteur est impressionnant dans le rôle de Richard Jewell. Le comédien offre une dimension tragique à cet homme obsédé par l’idée de servir son pays, rêvant de devenir policier, mais dont on devine les fêlures, frustrations. Eastwood en fait un être candide, naïf, à la vie sociale quasi inexistante, vivant chez sa mère (impeccable Kathy Bates, l’actrice de Misery).

Ensuite, on a le plaisir de retrouver l'acteur américain le plus talentueux du moment : Sam Rockwell (Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour Three Bilboards, et vu récemment dans Jojo Rabbit). Rockwell est une fois de plus exceptionnel dans la peau de l’avocat de Richard Jewell.

Sam Rockwell : l'acteur américain le plus talentueux du moment.

Eastwood pourfend une Amérique RÉACTIONNAIRE et sécuritaire

Pour son film, Eastwood s’est bien documenté, ne caricature pas le personnage de Jewell. Il l’explore dans toutes ses zones d’ombre et paradoxes. Oui, il est un homme respectable. Pour autant, il n’en fait pas un saint. Jewell irrite souvent, avec ses idées préconçues sur le bien et le mal, sa fascination pour les armes. Sa déférence face à l’autorité et la loi. Mais Jewell est un homme simple, qui se retrouve englué dans un piège terrifiant. Tel un insecte dans une toile d’araignée. Il est ce coupable idéal dont l’Amérique, les autorités, les médias, et le peuple, réclament la tête !

On sait Eastwood républicain depuis toujours. Cela ne l’empêche pas de pointer les dérives dangereuses d’une Amérique réactionnaire et sécuritaire. Quel que soit le parti au pouvoir. Eastwood est un libéral (au sens américain du terme). Aussi, le cinéaste pourfend l’injustice et en fait un thème central de nombre de ses films : Jugé Coupable, L’Échange, Mystic River, (pour ne citer que quelques titres)… Le Cas Richard Jewell ne fait pas exception.

Quand Eastwood s'attaque aux médias et à une Amérique réactionnaire.

Un film pas exempt de défauts

Si on regarde le métrage sans décrocher, cette dernière réalisation n’est pourtant pas exempte de défauts. D’abord, on est en droit de trouver le temps un peu long. Fallait-il 2h09 pour raconter cette histoire ? Le scénario paraît trop schématique. Certaines situations se répètent à l'envi insistant lourdement sur l'acharnement que subit Jewell. Kathy Scruggs - incarnée par Olivia Wilde, vue dans Dr. House - est un personnage inintéressant (elle n’est qu’une figure représentant les médias et leurs dérives). Surtout, la musique d’Arturo Sandoval surligne toutes situations dramatiques. Du coup, si l’on est ému par Richard Jewell, on n’est jamais bouleversé. Trop de musique dégoulinante tue l’émotion. Un peu de retenue n’aurait pas nui.

Reste, la fascination qu’exerce Eastwood. En comédien, il se filme vieillir, avec un plaisir quasi masochiste. Comme cinéaste, il ne peut s’empêcher de pourfendre, avec le même plaisir masochiste, une Amérique qu’il vénère. Ce sont toutes les ambiguïtés de ce grand Monsieur et de son cinéma, qui continuent de fasciner. Aussi, malgré certaines envolées et raccourcis faciles, on pardonne beaucoup au Cas Richard Jewell.

Les infos sur le cas Richard Jewell

Synopsis : En 1996, Richard Jewell fait partie de l'équipe chargée de la sécurité des Jeux d'Atlanta. Il est l'un des premiers à alerter de la présence d'une bombe et à sauver des vies. Mais il se retrouve bientôt suspecté... de terrorisme, passant du statut de héros à celui d'homme le plus détesté des Etats-Unis. Il fut innocenté trois mois plus tard par le FBI mais sa réputation ne fut jamais complètement rétablie, sa santé étant endommagée par l'expérience.

Le Cas Richard Jewell de Clint Eastwood
Scénario : Billy Ray, d'après un article de Marie Brenner
Avec Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates, Jon Hamm , Olivia Wilde

Durée : 2h09
Sortie le 19 février 2020

Photos et film-annonce  © Warner Bros France

Revenir aux Actus
À lire aussi
160 queries in 0,594 seconds.