Aujourd’hui14 événements

« Fleuve Noir » : Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain dans un polar très noir de Erick Zonca

L’Actu Ciné de Lille La Nuit fait le choix de Fleuve Noir, le dernier film de Erick Zonca. Il y a quelques mois l’actrice Sandrine Kiberlain évoque le tournage de Fleuve Noir en termes peu élogieux. On sait que Gérard Depardieu quitte le tournage au bout de quelques jours. Vincent Cassel le remplace alors au pied levé dans le rôle d’un flic borderline. Alors que vaut ce film très noir ? Bide ou réussite ? Lille La Nuit vous dit tout ...

Fleuve Noir de Erick Zonca : "Noir c'est noir, il n'y a aucun espoir" (Vincent Cassel)

Le retour de Erick Zoncka

Eric Zoncka est un cinéaste très intéressant qui tourne peu. Ceux qui l’ont vu se souviennent de La Vie Rêvée des Anges qui fait sensation à Cannes en 1998, en remportant un double Prix d’interprétation féminine pour Elodie Bouchez et Natacha Régnier. Le film obtient aussi le César du Meilleur Film (Elodie Bouchez), Meilleur Espoir Féminin (Natacha Régnier) et Meilleur Film. Excusez du peu.

Ensuite Zoncka signe des films qui font moins parler mais demeurent passionnants : Le Petit Voleur (2000), Julia (2007) avec la grande Tilda Swinton, le film de télévision Soldat Blanc (2013).

Ce cinéaste qui aime s’aventurer dans des projets opposés adapte avec la scénariste Lou de Fanget Signolet - également crédité au générique à la collaboration artistique - le roman de Dror Mishani Une disparition inquiétante.

Impressionnant Vincent Cassel

Ce qui frappe d’abord c’est la dégaine, l’investissement de Vincent Cassel. Ainsi, il remplace Gérard Depardieu. On imagine que Zoncka aurait travaillé avec la « carcasse » fatiguée de Gégé. Belle idée qui ne se concrétisera pas. Cassel, qui peut énerver en faisant des kilos tonnes, est impeccable.

Dans le rôle du Commandant Visconti (référence au cinéaste italien ?), il est négligé, perdu, fou d’amour pour une femme disparue, picole durant toute la durée du métrage, est complètement borderline, franchit les lignes jaunes, la déontologie policière, est souvent très drôle, aussi. Cassel est aussi bon que dans Sur Mes Lèvres de Jacques Audiard. Parfois avec Cassel le plus devient le trop. Ici, il sidère et rappelle l’immense Patrick Dewaere. Certains diront qu'il cabotine. Peut-être ! Mais il le fait avec génie !

Fleuve Noir de Erick Zonca : face à face tendu entre Bellaille (Romain Duris) et Visconti (Vincent Cassel)

Désarçonnant Romain Duris

Face à lui, Romain Duris laisse une impression mitigée. Dans la peau de Yann Bellaille, prof ambigu qu’on ne peut cerner, coupable trop idéal, il alterne entre une composition inspirée et un jeu légèrement « à côté ». Duris tente, cherche, mais ne trouve pas comment donner chair à son personnage. Il frôle le ridicule, n’inquiète jamais vraiment, mais réussit tout de même à être poisseux.

Fleuve Noir est à l’image de la composition de Duris. Les scènes nocturnes et de forêt apportent une touche vénéneuse. On se passionne pour la disparition de Dany.

Zoncka maîtrise les ambiances. On s’enfonce alors dans un film peu aimable grâce à une mise en scène maîtrisée.

Fleuve Noir de Erick Zonca : le cinéaste soigne ses ambiances. Poisseux.

Le projet cinématographique de Zonca

Mais le bas blesse dès qu’il s’agit de pénétrer chez les parents du gamin disparu. Jérôme Pouly (Raphaël Arnault) et Sandrine Kiberlain (Solange Arnault) composent avec talent. Mais Zoncka charge trop la mule. Dans le sordide, la description du couple, la relation entre la mère et sa fille handicapée mentale (Lauréna Thellier : impeccable).

Surtout, on se fiche complètement de l’intrigue parallèle qui décrit la relation entre Visconti et son fils petit bourgeois délinquant.

Zoncka met en scène des jeux de miroir : l’histoire de Visconti et son gamin (dont il ne s’est jamais occupé) renvoie à celle de Solange avec sa fille et son fils disparu. Aussi à la fascination que Dany exerce sur son prof Yann Bellaille. Mais ces échos, à force de se répéter, finissent par lasser.

On se demande alors quelle est la proposition cinématographique de Zoncka ? Fleuve Noir est-il un drame, un polar, un film social ? Les trois à la fois ? Est-on chez Zoncka, Jacques Audiard, ou les frères Dardenne ?

Après une première heure stimulante, le film s’égare. En tant que spectateur, on est parfois un peu gêné.

Fleuve Noir de Erick Zonca : Sandrine Kiberlain (Solange Arnault) et Vincent cassel.

Fleuve Noir, un grand film malade ?

Reste que Fleuve Noir ne s’oublie pas après la projection. Il y a quelque chose d’entêtant, de singulier dans ce film.

Fleuve Noir est peut-être un de ces grands films malades, qu’affectionnait François Truffaut ? Un ratage passionnant, plus intéressant et fascinant, que nombre de chefs-d’œuvre « officiels » ? Le temps nous le dira.

Synopsis : Au sein de la famille Arnault, Dany, le fils aîné, disparaît. François Visconti, commandant de police usé par son métier, est mis sur l’affaire. L’homme part à la recherche de l’adolescent alors qu’il rechigne à s’occuper de son propre fils, Denis, seize ans, qui semble mêlé à un trafic de drogue. Yan Bellaile, professeur particulier de Dany, apprend la disparition de son ancien élève et propose ses services au commandant. Il s’intéresse de très près à l’enquête. De trop près peut-être…

Fleuve noir de Erick Zonca
Scénario Erick Zonca et Lou de Fanget Signolet d’après Une disparition inquiétante de Dror Mishan
avec Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain, Élodie Bouchez, Charles Berling, Hafsia Herzi

Durée : 1h54
Sortie le 18 juillet 2018

Affiche et Film-annonce © Mars Distribution Photos © Nathalie Mazeas

Revenir au Mag Actus
À lire aussi
209 queries in 1,992 seconds.