Aujourd’hui9 événements

« 1917 » : Montée en un plan-séquence, la « Grande Guerre » par Sam Mendes

Lille La Nuit fait le choix de 1917 pour son Actu Ciné de la semaine. Le film de guerre de Sam Mendes fait l’évènement à la fois comme blockbuster et « film d’auteur ». Grand favori des Oscars - il a déjà remporté les Golden Globe des meilleur film et meilleur réalisateur dans la catégorie Dramatique -, 1917 est réalisé en un seul et époustouflant plan-séquence. Mais 1917 est-il un grand film ?

Le réalisateur Sam Mendes

Metteur en scène de théâtre, Sam Mendes s’est tourné depuis plusieurs années vers le cinéma. On lui doit notamment American Beauty, Les Sentiers de la perdition, Les Noces Rebelles (son meilleur film) et, bien sûr, ses James Bond -  le réussi Skyfall, le soporifique Spectre -.

Mendes n’a pas souhaité poursuivre l’aventure des Bond. Il s'est tourné vers une œuvre personnelle, rendant hommage à son grand-père qui fit la guerre 14-18. Ce dernier, comme il est précisé lors du générique de fin, lui racontait ses souvenirs de soldat.

Pour autant, 1917 ne relate pas l’histoire du grand-père de Sam Mendes. Il est un survival (film de survie) où l’on suit deux jeunes soldats, Georges McKay et Dean Charles Chapman, dont la mission est de porter un message d’une urgence capitale pour empêcher une attaque dont les conséquences seraient tragiques.

Sam Mendes sur le tournage de 1917.

La guerre en un plan-séquence

Le parti-pris de Mendes est de mettre le spectateur au cœur de l'action. Qu'il soit en immersion. Pour cela, il fait le choix de réaliser l’intégralité de 1917 en un plan-séquence. Evidemment, le plan est truqué. Il serait impossible de réaliser ce long-métrage en un seul plan tant il fourmille de décors, figurants, effets spéciaux pyrotechniques…

Pour autant, le film est bel est bien constitué de plusieurs longs plans séquences, raccordés par des trucages numériques. On repère assez facilement les raccords, pour autant que l’on ait l’œil un peu exercé.

Si l’on est impressionné part la technique, si la virtuosité de la mise en scène de Mendes, si la photographie du grand Roger Deakins (complice habituel du réalisateur) sidèrent, nous plongent bel et bien au cœur de l’horreur, on est tout de même en droit de se demander ce que cela apporte au film.

Le travail impressionnant de Roger Deakins sur la lumière.

Impressionnant mais pas convaincant

1917 impressionne, mais ne convainc pas. Certes, le film d’action nous tient en haleine, mais on est en droit d’attendre davantage d’une œuvre qui raconte un épisode de la « grande guerre ». Le souci est que 1917 aurait pu se passer lors de n’importe quel autre conflit (pourquoi pas durant la guerre du Golfe, Mendes ayant réalisé un film excellent sur le sujet : Jarhead). Bien sûr, on retrouve toutes les figures imposées des films sur 14-18 : tranchées, rats, puanteur, boue…

Mais Mendes échoue à transmettre le sentiment de terreur (à une ou deux séquences près, que nous ne dévoilerons pas) qui frappaient ces pauvres soldats. La faute en incombe à son choix de mise en scène. Tout à sa virtuosité technique (vaine et tape-à-l’œil), il en oublie de raconter une véritable histoire. On a l’impression que Mendes adapte son sujet à sa mise en scène et non l'inverse. Plusieurs scènes gênent, tant elles paraissent d’un improbable grotesque. Paradoxalement, c’est lorsque Mendes se pose, arrête de se regarder filmer, narre la rencontre entre un jeune soldat et une française, l’agonie puis la mort d’un homme, que l’effroi, la peur, la souffrance, et, surtout, l’émotion, nous gagnent enfin.

1917 n’est pas un mauvais film. Loin de là ! Le souci est qu'il n’en est pas un très bon. En tout cas, il n'est pas ce chef-d’œuvre ou « classique instantané » (terme à la mode stupide : un classique ne peut en aucun cas être instantané) qu’on tente de nous vendre ici et là. Il n’est pas la grande œuvre, définitive, sur 14-18 (pour en savoir davantage sur le sujet, on vous recommande le numéro de Revus & Corrigés qui lui consacre un dossier épatant).

Une direction artistique irréprochable fait-elle un grand film ?

Révisons nos classiques

Si vous voulez voir un film impressionnant, 1917 vous comblera sans doute. Sinon, mieux découvrir J’Accuse d’Abel Gance, Les Sentiers de la Gloire de Kubrick, Johnny s’en va-t-en Guerre de Dalton Trumbo, La Vie et rien d’autre de Tavernier, La Chambre des Officiers de François Dupeyron. Et quelques autres (14-18 fut moins abordé par le cinéma que 39-45).

Dernière chose qui a son importance : tous les comédiens anglais de cette production entre américano-britannique, sont impeccables comme toujours. Ils sont la force du film.

Synopsis : Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies.

Les Infos sur 1917

1917 de Sam Mendes
Scénario : Sam Mendes et Krysty Wilson-Cairns
Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong, Richard Madden, Andrew Scott, Claire Duburcq, Colin Firth, Benedict Cumberbatch
Musique : Thomas Newman
Direction artistique : Dennis Gassner
Photographie : Roger Deakins
Montage : Lee Smith

Durée : 1h59
Sortie le 15 janvier 2020

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Photos et film-annonce © Universal Pictures France

Revenir aux Actus
À lire aussi
181 queries in 0,548 seconds.