Aujourd’hui18 événements

Let’s Bop Festival #3

En route pour Somain, où se déroule la troisième édition du Festival Let's Bop. Après Ronnie Nightingale & the Haydocks (teddy boys, 80's) et The Jets (rockabilly/doo-wop, 80's) en haut des affiches précédentes, ce sont les Matchbox que les férus de rock 'n' roll attendent cette année. Que du beau monde pour un événement dans une petite ville certes, mais qui s'emploie à faire rayonner avec passion la vague anglo-américaine du rockabilly et du rhythm 'n' blues.

C'est avec tristesse que l'on apprend un mois avant le festival le départ de Carl, le leader charismatique des Rhythm All Stars, véritable représentant de la scène rockabilly actuelle. La soirée sera bien sûr ponctuée d'hommages à cette figure du genre par chacun des groupes.

A la place de Carl, les Tinstars ouvrent le bal devant la salle déjà pleine, on compte près de 450 personnes venues de toute la France mais aussi d’Allemagne, de Belgique et de Hollande. Habitués aux grands festivals et accompagnants de pionniers tels que Ronnie Dawson, Joe Clay ou Ray Campi pour ne citer qu'eux, c'est sans difficulté que les Hollandais font remuer les premières gambettes. On se régale de pépites tout droit sorties des fifties... ça joue, ça transpire, ça se décoiffe et on en redemande. Mais il est déjà temps de laisser place aux Spunyboys, qui d'après leur réputation ne risquent pas de freiner les ardeurs du public.

Voilà déjà huit ans que les trois gaillards roulent leur bosse dans le milieu rockabilly français et européen (500 dates au compteur !). A cheval entre le rockabilly anglais et américain, les Spunyboys alternent reprises de grands noms (Johnny Horton, Ray Campi ,Ronnie Dowson, Crazy Cavan...) et compositions qui n'ont rien à envier aux standards ("Don't ring the bell" ou "Rockabilly legacy" sont repris gaiement par les fans). On ne peut pas parler d'eux sans évoquer une présence scénique intense et sincère : le chanteur et contrebassiste Rémi fait sensation avec ses acrobaties, Guillaume à la batterie swingue de tous ses pores et Eddie manie le manche de sa Telecaster avec brio. Parrains du festival, ils sont ici comme à la maison et prouvent encore une fois une maîtrise digne des plus grands. Ils gardent la banane tout le concert et ne manquent pas de contaminer la salle, c'est chauffé à bloc que le public attend la tête d'affiche : les Matchbox.

Les Matchbox (rockabilly / UK) voient leur carrière décoller à la fin des années 70 avec des tubes comme Rockabilly Rebel, Hurricane ou encore Midnite Dynamos. J'ai toujours la crainte avant un concert d'"originaux" de voir une prestation vieillissante reposée sur leurs lauriers d'antan. Et bien non, pas de mollesse ou de baisse de régime, les cinq Anglais en ont encore sous le pied. Le chanteur Graham Fenton n'a rien perdu de sa superbe et enchaine avec énergie les tubes et les reprises, notamment de Gene Vincent dont il est le digne héritier. Pendant plus d'une heure les Matchbox assurent le show,  accompagnés pendant les derniers morceaux sur scène par des membres du public qui donneront les seules fausses notes de la soirée.

Il est fort à parier que le festival n'a pas fini de nous régaler, la date de l'édition #4 est d'ailleurs déjà fixée :  le 9 avril 2016, à vos agendas !

 

 

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
393 queries in 0,426 seconds.