Aujourd’hui33 événements

Giedré au Splendid – Festival Les Paradis Artificiels

La longue file d’attente qui patiente sur le parking de l’ancien cinéma de quartier de Lille-Fives sous les derniers rayons de soleil de la journée ne se doute pas encore de ce qui l’attend... Et peut-être est-ce mieux ainsi ! Le Splendid se remplit petit à petit, moitié debout, moitié assis. On distingue sur la scène un gros lapin en peluche posé sur le clavier et des tableaux dans le fond de scène (celui du centre représente une licorne...) éclairés par des projos roses qui en disent long sur l’univers faussement girly de l’artiste. Et quand celle-ci fait son entrée, c’est une foule plus qu’en délire qui se motive. Giedré, c’est parti !

Elle ouvre le concert avec Les questions qui aborde dans un humour bien noir des interrogations quelque peu douteuses. Le public est à peine conquis que la chanteuse lance « Merci Lille... Je vous dois tellement en terme d’inspiration pour mes chansons ! ». Elle enchaîne avec La vie c’est de la merde et Quand tu dors, toujours avec beaucoup de rires et d’humour, mais encore faut-il savoir l’apprécier. Entre blagues salasses et références racistes, sexuelles ou religieuses, tout le monde y passe et le second degré est de mise !

Des mains formant des ronds avec le pouce et l’index se lèvent en permanence pendant les chansons ; mais qu’est-ce que cela peut bien être ? Des anus bien sûr ! Symbole lancé par Giedré, les fans ne manquent pas une occasion pour s’en donner à cœur joie. Et la chanteuse de renchérir : « Vas-y Lille, fais des gros anus ! ». Et oui, je vous avais prévenu.

Une tentative de changement avec Jolie chanson dont les histoires commencent toujours bien mais finissent... à la manière de Giedré ! Elle préfère finalement rester fidèle à son style avec des tubes tels que Toutes des putes ou Pisser debout qui fait donner de la voix au public. « Vous aimez les chansons suivantes ? – Ouiiiiiiii ! – Alors il faut le dire ! » est une transition parmi tant d’autres qui donne à cette artiste autant de charme que de simplicité, et c’est ça qu’on aime chez cette tête d’ange blondinette qui sort autant de monstruosités de sa bouche ! Un paradoxe avec le physique que l’on retrouve également vocalement : des textes tous plus scandaleux les uns que les autres chantés avec une voix mi éraillée / mi mélodieuse des plus attachantes !

Le show se poursuit avec Les petits signaux, Et toc ou encore Meurs, qu’elle conclue en sortant dans un naturel épatant : « La vie c’est horrible car il y a plein de gens nuls qui sont obligés de vivre avec eux-mêmes » ! Ca touche à sa fin, quelques dernières mélodies telles que Jacky le nain, Chacun pour soi et Poète Pouet Pouet amorce le final qui n’est autre que « Eh venez on arrête, et on se met tous tout nus... ». Le public n’a pas fait faux bond une seule fois de la soirée, au rendez-vous pour n’importe quel délire de l’artiste.

Les fans se diront qu’il en manque au moins une. Pas de panique, On fait tous caca arrive en rappel pour le plus grand bonheur de la salle. Un dernier salut avant de partir, un « Merci de m’avoir fait de la place dans vos oreilles Lille ! » et Giedré quitte la scène du Splendid. Les lumières se rallument et on ne voit plus que des grands sourires qui se dirigent progressivement vers le bar ou la sortie. Oui, des sourires et des rires comme je n’en ai jamais connu en concert, et rien que pour ça, je ne peux que vous conseillez d’aller la voir au moins une fois en concert, expérience unique assurée !

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
364 queries in 2,062 seconds.