Aujourd’hui19 événements

Victoria : La comédie qui peut valoir le César de la meilleure actrice à Virginie Efira !

Cette semaine Lille La Nuit a envie de vous parler de Victoria, le nouveau film de Justine Triet. Pourquoi ? Parce que cette jeune cinéaste signe un film enthousiasmant. Et, aussi, parce qu’on y retrouve des acteurs qu'on aime : Vincent Lacoste, Melvil Poupaud, Laurent Poitrenaux et une Virginie Efira qui bouscule tout sur son passage ! L’actrice est si impressionnante, qu’elle mérite de recevoir une nomination aux prochains César ! C'est tout le mal qu'on lui souhaite…

Victoria1

Virginie Efira est Victoria : un personnage dont rêverait toute grande actrice américaine !

 

Critique : Justine Triet fait partie d’une nouvelle génération de cinéastes, qui l’air de ne pas y toucher, est en train d’apporter un vrai sang neuf dans le cinéma français. On vous avait parlé il y a peu sur Lille la Nuit d'Antonin Peretjatko et de son désopilant La Loi de la Jungle. On n’avait pas encore abordé le « cas » Justine Triet.

Si La Bataille de Solferino pouvait encore laisser quelque peu perplexe (premier long-métrage avec beaucoup de qualités mais aussi pas mal de défauts), on s’incline devant Victoria* - film d’ouverture de la Semaine de la Critique à Cannes - tant cette nouvelle réalisation nous emporte dans un tourbillon de fraîcheur, d’émotion, de finesse, d’humour, d’intelligence. N’en jetons plus !

Virginie Efira porte « Victoria » sur ses épaules. Elle se « donne » toute entière à sa cinéaste, passe du rire aux larmes, apparaît sexy et glamour ; mais aussi mal fagotée, pas maquillée. Alterne scènes où elle est divine à d’autres qui la montrent défaite.

Avec cette composition d’avocate borderline, dépassée par les événements, s’empêtrant dans les pires situations, Efira montre que l’ex animatrice TV a définitivement mérité ses galons d’actrice.

Victoria 4

Victoria défaite sous le regard inquiet de Vincent (Melvil Poupaud).

 

Ce qui est dingue, c’est que ce personnage dont rêverait toute grande actrice américaine (on ne serait pas étonné qu’un remake de Victoria soit produit prochainement au USA), est crédible de bout en bout alors qu’il alterne émotions, tourments, rires, larmes, atermoiements et tout le tintouin… Victoria pourrait être épuisante, agaçante, peu crédible sans le travail d’écriture d’orfèvre de Triet (les dialogues sont parfaits) et l’interprétation de l’actrice !

Toutes proportions gardées, il y a un petit côté Gena Rowlands (la Muse de John Cassavettes) chez la Virginie Efira de Victoria. Si elle n’est pas nommée aux César de la meilleure actrice, vous tiendrez là le scandale de la profession pour une bonne décennie !

Il faut dire que Triet lui offre un script en or. Contrairement à certaines mauvaises comédies françaises à l’affiche actuellement, la réalisatrice n’a pas peur d’aller au bout de son délire. Convoquant même un dalmatien comme témoin dans une scène de procès d’anthologie !

Victoria 5

Vincent Lacoste incarne Sam. Et l'acteur étonne de film en film !

Aux côtés de Efira, on retrouve Vincent Lacoste dans le rôle de Sam. L'acteur étonne de film en film. Qu'il semble loin le temps des Beaux Gosses ! On a affaire désormais à un acteur adulte, qui peut se montrer autoritaire, viril, séducteur et séduisant. Preuve en est la scène d’amour (remarquablement filmée, c'est devenu assez rare pour être signalé) qu’il interprète avec Virginie Efira.

Dans Victoria, on aime aussi la présence de Melvil Poupaud dans un rôle à contrario de ce qu’il a l’habitude de jouer. Il fait de Vincent un pré-vieux-beau totalement à la ramasse ! Décidément, Justine Triet nous offre un beau trio. Et même un quatuor, puisqu’il ne faut pas oublier l’émouvant autant que totalement horripilant David, l’ex-mari de Victoria, joué par Laurent Poitrenaux.

On sait bien que comparaison n’est pas raison mais Victoria, c’est un peu comme si une émule de Blake Edwards avait réalisé sa propre version - personnelle et fantasque - de Bridget Jones !

Victoria est une comédie, c’est vrai ! Mais ce film est surtout le beau portait d’une femme de notre époque : mère célibataire, qui se bat pour ses gosses, dans son job, pour garder le navire à flot et aider les copains.

On connaît toutes et tous des "Victoria" dans la vie. Mais on n’en n’avait peut-être jamais vue racontée, filmée et incarnée de si jolie façon dans le cinéma français d'aujourd'hui.

Synopsis : Victoria Spick, avocate pénaliste en plein néant sentimental, débarque à un mariage où elle retrouve son ami Vincent et Sam, un ex-dealer qu’elle a sorti d’affaire. Le lendemain, Vincent est accusé de tentative de meurtre par sa compagne. Seul témoin de la scène, le chien de la victime. Victoria accepte à contrecœur de défendre Vincent tandis qu’elle embauche Sam comme jeune homme au pair. Le début d’une série de cataclysmes pour Victoria.

Victoria Un film de  Justine Triet
Durée 97 min
Sortie le 14 septembre 2016

Affiche, photos, film-annonce ©  Le Pacte / Ecce Films

* Aucun rapport avec le film allemand de Sebastian Schipper sorti en 2015

Revenir aux Actus
À lire aussi
249 queries in 1,476 seconds.