Aujourd’hui10 événements

« Samba »: Notre avis sur le nouveau film de l’équipe d’Intouchables…

Synopsis : Samba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn-out. Lui essaye par tous les moyens d’obtenir ses papiers, alors qu’elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu’au jour où leurs destins se croisent... Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d’imagination qu’eux ?

Omar Sy, confirme son grand talent dans le nouveau film réalisé par le duo d' "Intouchables".: "Samba".

Omar Sy, confirme son talent dans le nouveau film réalisé par le duo d'Intouchables : Samba.

 

Critique : Certains films doivent être plus difficiles à concrétiser que d’autres. Non pas que les réalisateurs manquent de moyens pour les produire mais ils leur faut enchainer après un succès public colossal. C’est ce qu’ont dû vivre les deux réalisateurs de Intouchables, Eric Toledano et Olivier Nakache. Comment imaginer un successeur à un film qui a fait se déplacer presque 20 millions de spectateurs français dans les salles, qui s’est vendu dans le monde entier, est même devenu la matrice d’un futur remake avec l’impeccable Colin Firth ? En gros : comment se remettre dans le bain, « repartir » sur un projet, et « accoucher » d’un film qui ne déçoive pas ? Tout le monde n’est pas inconditionnel d’Intouchables. Certains adorent et d’autres, beaucoup moins.

Si certains d’entre nous n’ont pas aimé Intouchables (et on met de côté les insupportables snobs qui détestent les films parce qu'ils cartonnent au box-office) c’est sans doute à cause de la démagogie avec laquelle le sujet est traité, et l’aspect conservateur voire réactionnaire du film. Comment peut-on  délivrer encore aujourd’hui un discours aussi caricatural et éculé sur l’art contemporain ? Comment peut-on faire dire à un personnage qui découvre que deux femmes s’aiment : « Salut les mecs ! » (on cite de mémoire) ? On a le droit de trouver cela abject, surtout quand une salle s’esclaffe d'un rire rance. Mais passons… D’autant plus qu’on aime plutôt Nakache et Toledano pour Nos jours Heureux, leur plus belle réussite.

Le duo revient aujourd’hui avec Samba – adapté avec la collaboration de l’auteure du roman original, Delphine Coulin - et un casting cinq étoiles : Omar Sy, bien sûr, le fidèle complice mais également Charlotte Gainsbourg, Izïa Higelin, Tahar Rahim Le sujet, qui a un un cœur « gros comme ça », aborde la difficulté d’être un sans-papiers en France aujourd’hui, en 2014.

Eric Toledano, Omar Sy, Tahar Rahim et Olivier Nakache sur le tournage de Samba: un futur triomphe public?

Eric Toledano, Omar Sy, Tahar Rahim et Olivier Nakache sur le tournage de Samba. Un futur triomphe public ?

 

Le petit problème, c’est que les réalisateurs ont reconnu lors de la conférence de presse lilloise qu’ils ne voulaient pas qu’on puisse trop « identifier » leur film, le cataloguer. Sans doute par crainte que l’on puisse faire l’amalgame avec Intouchables. Du coup, ils multiplient les situations, les intrigues, les scènes, les bonnes intentions. Ils veulent en dire beaucoup sur la situation des sans-papiers, mais également sur cette pression qu’exerce la société sur les travailleurs et qui les mène au burn-out. Si Samba semble plus défendable idéologiquement qu’Intouchables, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi les cinéastes courent autant lièvres à la fois ? On est certes heureux de voir un film plus sombre -même si la démarche est loin d’être assumée jusqu’au bout- , on est étonné que Samba aborde un sujet, les clandestins, rarement filmé dans le cinéma français. Mais on retrouve aussi les mêmes « ficelles » que dans Intouchables puisque Samba nous présente deux univers qui n’auraient logiquement jamais dû se croiser.

Dans un film, on découvre la trajectoire commune d’un handicapé richissime et d’un p’tit mec de banlieue, dans l’autre celle d’une jeune cadre et d’un sans-papiers. Tout cela est un peu trop balisé à notre goût et sent la formule. Mais surtout, on ne comprend pas pourquoi les deux cinéastes s’évertuent à faire traîner leurs scènes, pourquoi les étirent-elles à ce point ? Le film est aussi une comédie et on se demande d’où vient ce manque de rythme qui plombe Samba... Toledano et Nakache ont-ils peur de ne pas être pris au sérieux, de ne pas être compris, qu’on ne les juge pas sincères ? Deux heures, c’est beaucoup trop long pour raconter une histoire qui, parfois, ne s’embarrasse pas de vraisemblance.

Samba (Omar Sy) et Alice (Charlotte Gainsbourg): la rencontre de deux solitudes. Samba

Samba (Omar Sy) et Alice (Charlotte Gainsbourg): la rencontre de deux solitudes. Samba

 

En fait, on a un peu l’impression que le film a le « cul entre deux chaises » : il veut être courageux, intransigeant, politique, sociétal et en même temps très populaire, policé, toucher le plus grand nombre. Cela vient sans doute d’un bon sentiment et l’on ne pourra que se réjouir si les spectateurs sont au rendez-vous d’un film qui aborde le tragique cas des sans-papiers. Certains ouvriront peut-être les yeux sur une situation absolument intolérable. Mais ce qui nous gène  aux entournures, c’est qu’on à l'impression en voyant le film que ce thème n'est qu'une toile de fond, du papier peint, un prétexte pour raconter une histoire d’amour un peu mièvre et convenue. Car Samba, c’est tout de même un peu la vie d’un clandestin en version conte de fée.

De plus, le film n’est pas aidé par la musique sirupeuse commise par Ludovico Einaudi, déjà responsable de celle d’Intouchables. Trop démonstrative, sentimentale, larmoyante, dégoulinante et venant illustrer les situations les plus tragiques afin que nous puissions bien comprendre là où il faut s’émouvoir, et là où il faut pleurer. A ce titre la séquence d’ouverture du film, qui nous fait passer d’une fête très « années folles » aux cuisines du restaurant où trime Samba, est assez embarrassante. Complaisante ?

Reste que le film peut être vu pour ses acteurs. Omar Sy est impeccable de justesse et de naturel dans le rôle de Samba. Lui, évite tous les clichés faciles qu’il aurait pu incarner en se mettant dans la peau de ce jeune sénégalais sans-papiers. Il confirme qu’il est un bon acteur et mérite toutes les bonnes chose qui lui arrivent en ce moment, à Hollywood et ailleurs -on le verra bientôt dans Jurassic World, à propos duquel il nous a dit avec humour, que s'il parlait, il irait en prison- … On lui souhaite une très longue vie artistique. Charlotte Gainsbourg est épatante, comme souvent, notamment dans une scène d'anthologie où elle pète les plombs et se met à hurler comme une furie sur le pauvre Samba qui n’en demandait pas tant. Izïa Higelin confirme qu’après Mauvaise Fille, le film de Patrick Mille, elle déploie presque autant d’énergie sur un écran que sur scène.

Tahar Rahim, délirant et émouvant dans Samba, offre enfin une nouvelle facette de son talent !

Tahar Rahim, pétillant et émouvant dans Samba, offre enfin une nouvelle facette de son talent !

 

Mais la grande surprise du film vient de Tahar Rahim qu’on apprécie beaucoup mais qui, jusqu’à présent, n’avait pas marqué pour la diversité de ses rôles. Il est tout bonnement épatant dans le rôle de Wilson, le sans-papier « brésilien ». Quel charme ! Quelle fantaisie ! Quel peps ! On vous prévient les filles : vous allez toutes craquer !!! Voilà, nous ne sommes pas fans de Samba mais nous pouvons au moins vous le conseiller pour ses acteurs.

On termine juste sur un petit conseil : si vous voulez voir un très beau film sur le drame humain que vivent les clandestins, nous vous conseillons Illégal de Olivier Masset-Depasse avec la grande actrice belge, Anne Coesens. Sur ce thème, il nous semble que ce film est bien plus fort et crédible que Samba. Vous pouvez d'ailleurs le voir sur la chaine LCP-Assemblée Nationale, le samedi 18 octobre à 17h. Alors, à vos enregistreurs numériques ! Et si vous le loupez, n’ayez crainte : la VOD est là pour vous sauver le coup.

SAMBA DE : ERIC TOLEDANO, OLIVIER NAKACHE AVEC : OMAR SY, CHARLOTTE GAINSBOURG, TAHAR RAHIM, IZÏA HIGELIN... DURÉE : 118 MN - SORTIE LE 15 OCTOBRE 2014
Affiche, film-annonce et photos © Gaumont Distribution

Séances et horaires Cinémathèque Plan Séquence

Revenir aux Actus
À lire aussi
183 queries in 0,521 seconds.