À ceux qui nous ont offensés par Bruno Tuchszer

Horaires: 19:00 - 20:15 : du mardi au vendredi
16:00 - 17:15 : le samedi

Prix :

  • 20 : Tarif plein
  • 16 : Tarif réduit
  • 8 : - de 25 ans ou demandeurs d'emploi

Comment réserver ?

Réservation en ligne via Billeterie ou par téléphone au 03 20 27 13 63 ou par mail resa@lavirgule.com

Retrouvez À ceux qui nous ont offensés à La Virgule du 30 janvier au 15 février pour plusieurs représentations de ce spectacle qui traite de l'harcèlement scolaire avec humour et cruauté, d'après une adaptation du roman de Jérémie Lefebvre.

L'ADAPTATION PAR Bruno Tuchszer

Seul en scène, Bruno Tuchszer livre le monologue poignant d’un personnage oscillant savamment entre l’humour noir d’un adulte qui se remémore ses jeunes années, l’humour naïf de l’enfant qu’il était, et l’effroyable constat d’une résilience impossible après les humiliations quotidiennes subies au collège.
La scénographie très réussie dévoile lentement le piège psychique dans lequel ces brimades allaient l’enfermer pour longtemps. Offrant à Bruno Tuchszer une partition tour à tour subtile ou rageuse, qui lui permet d’exprimer de nombreuses variations de sa palette de comédien, À ceux qui nous ont offensés traite la question du harcèlement scolaire avec l’humour et la cruauté qui se mêlent inextricablement dans l’univers des jeunes adolescents. Cette adaptation du roman de Jérémie Lefebvre, qui vient de connaître un beau succès au festival d’Avignon, est signée Grand Boucan, équipe lilloise dont La Virgule accompagne depuis toujours les projets.

À ceux qui nous ont offensés

Il était une fois dans la campagne normande un petit garçon qui lisait Astrapi et qui se préparait à entrer en sixième. Il était une fois une grand-mère douce et pieuse qui élevait seule le gentil petit garçon. Mais cette enfance insouciante n’est qu’une illusion, un prélude à la vraie vie, « la lente et patiente fabrication d’une proie pour le Collège de Buchy ». Trente ans plus tard le petit garçon devenu adulte revit, l’espace d’une nuit blanche, ses années de collège passées sous les coups et les crachats en un monologue brûlant d’émotions et glaçant d’humour noir.

L’écriture de Jérémie Lefebvre tire sa force d’un écartèlement permanent. Si la description du monde à hauteur d’enfant, et surtout d’enfant malheureux, est un thème classique de la littérature, la perspective est surtout celle de la candeur. L’enfant est souvent décrit comme un ingénu qui observe le monde. Dans À ceux qui nous ont offensés, le narrateur est mi-enfant, mi-adulte. Il est à la fois le collégien à la naïveté stupéfaite et l’homme aux traits d’humour inattendus. Ce grand écart crée une sorte de vertige où les registres se mélangent pour obtenir des effets saisissants. Le rythme élégant de la phrase est soudain brisé par la fulgurance d’une ironie insolite ou d’un détail trivial. « Toutes les heures une surprise vous attend au Collège de Buchy ». Balloté, trimballé par ce procédé littéraire, le spectateur partage l’expérience de l’enfant du récit se frayant un chemin dans les couloirs surpeuplés du collège.

ou choisissez un nom
* Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, recopiez le code ci-dessous Anti-Spam Image
Revenir a l'agenda Spectacles
Vous pourriez O aussi
536 queries in 0,652 seconds.