Aujourd’hui9 événements

Digitalism + Jacques + Borussia + Verlatour

Horaires: À partir de 18:00

Prix :

  • 19 : Préventes
  • 22 : Sur place
  • 14 : Abonnés
  • 11 : Early tickets

Visionnaire, cosmique, électronique, festive, mais surtout irrésistiblement dansante, l’électro du duo allemand Digitalism, pilier historique du label Kitsuné, fait référence et s’affirme comme le creuset contemporain des sons et des cultures qui ont façonné notre époque.

L’entraînement est immédiat, mais l’écoute est multiple, et y revenir est nécessaire. Derrière l’évidence du rythme et la fluidité du soundtrack, des échos vibrent, palpitent, apportent de la profondeur et composent une électro pop qui se revendique post punk, intègre un héritage rock et des influences new wave assumés, tout en fondant acid, big beat, techno et house pour composer ce « Mirage » qui nous ressemble. « Nous voulons fournir une bande sonore qui accompagnerait la vie des personnes qui nous écoutent. » Leur nouvel album, « Mirage », vient de sortir en mai dernier et s’affirme déjà comme la bande son qui colorera notre été…

Perdu entre méditation réfléchie et spontanéité préméditée, Jacques compose de la musique électronique et voudrait écrire des musiques pour que les normaux et les bizarres dansent ensemble. Jacques fait de la techno transversale. Prendre Berlin pour l’interpréter d’une façon plus french noble : la narration des morceaux n’est pas faite pour les drogués (de la boucle mais pas trop non plus) et les bruits utilisés sont tous puisés dans la Nature. La Nature, voilà ce qui se cache derrière le S de Jacques. Souvent en extérieur, ce qui évoque davantage le voyage et le partage que l’isolement et l’introspection tels que peuvent le suggérer les bruits froids et synthétiques d’un boitier électronique. Jacques est donc en duo permanent avec la beauté cachée dans le bruit des choses du quotidien : « Tout Est Magnifique ». Voilà son premier EP.

Borussia, aka Agent B, l’Agent, Boruru ou encore Roro vit à Paris. Son seul outil de travail, c’est Ableton Live et quelques milliards de samples. L’an dernier il a fabriqué un synthé logiciel uniquement à partir de vinyles de scratch de Dj Q­Bert : le Q synth.

Il l’utilise dans la plupart de ses morceaux aujourd’hui. Ce passionné s’intéresse aussi bien aux jeux vidéo, au cinéma d’horreur, et aux comédies romantiques.
Côté son, il adore chercher de la musique de club (cf son émission sur Rinse France), jouer de la musique de club et fabriquer de la musique de club.

Ce poulain de l’écurie Ed Banger regarde beaucoup de clips à la télé, il se dit fasciné par la musique populaire : « j’adore chercher le chemin qui est allé du sous genre soundcloud hyper obscur jusqu’à Taylor Swift et NRJ Hits ». Ses influences sont donc multiples : le DJ évoque aussi bien Jean Michel Jarre que la bande originale du jeu vidéo Final Fantasy par Nobuo Uematsu, le morceau Carte Blanche de The Molecules ou encore les films de Bong Joon Ho…

Fusion entre hédonisme électronique et electronica atmosphérique, Verlatour est sous influence directe de la scène berlinoise et anglaise. Batteur-producteur-hyperactif (The Name, BO Bref etc…) il tisse au fil fin ses fantaisies sonores, signées sur les labels émergents Bon Temps Records et plus récemment Tcheaz///PPPLUS. Tsunamis d’amour digital et/ou analogique, dopées à l’huile de coude, ses productions et ses apparitions scellent la réconciliation entre ceux qui veulent taper du pied et ceux qui veulent dodeliner du chef.

En live, Verlatour frappe ses drums pads, fait hurler ses synthés, ou encore triture ses effets, pour une ascension incontestablement dansante, entièrement dévolue au(x) plaisir(s) du club. Verlatour casse le dancefloor, et ça c’est punk.

L'Aéronef
Les 3 prochains événements
Revenir a l'agenda Concerts
Vous pourriez O aussi
577 queries in 0,801 seconds.