Aujourd’hui19 événements

La Goutte + PPFC + Alexis HK au Splendid – Le Père Noël est-il un rocker ?

Pour sa seizième édition, le festival “Le Père Noël est-il un rocker ?” organisé par les étudiants de l’EDHEC de Lille a frappé plutôt fort, en proposant encore une fois une semaine riche en découvertes musicales et en styles.
Ce festival à visée sociale a un principe simple : “1 jouet neuf = 1 place de concert = 1 enfant heureux”. En effet, ici l’entrée se paie en jouet, qui partira directement dans les mains d’un enfant de la métropole après le festival.
Une semaine riche musicalement parce que, comme son nom ne l’indique pas, ce festival n’est pas juste en rendez-vous du rock, au contraire. Cette année se sont ainsi succédées des soirées ska-reggae-jazz, dub, électro, chanson française, scratch et pour finir sur un concert rock.

Mercredi, c’était le jour de la chanson française, et la soirée commence avec une mise en avant d’un talent régional. Ce soir, c’est La Goutte, un groupe lillois animé par une amitié forte communicative qui se ressent lors de leurs concerts. On commence le concert en solo avec une guitare, puis les copains arrivent et le show commence. Plus qu’un concert, un spectacle, de la poésie. De la poésie sans grande prétention, mais avec l’ambition de faire passer un message d’optimisme et d’amour.
Tout en musique et en bonne humeur, le concert accroche le public qui arrive petit à petit et se termine sur un morceau en acoustique sur le bord de scène, dans l’intimité du partage avec leur public.

Les parisiens de PPFC prennent le relais sur scène, et leur fraîcheur continue de faire de cette soirée un instant rare et magique ! Un groupe à quatre lettres mais avec tant de talent !
Alors que le saxophoniste et le batteur sont exceptionnellement remplacés, le groupe de 7 musiciens hors pair ne connaît pas de faille. De la vie, de la musique, du rock, de la poésie, de l’énergie. Un vent de sensations, on se laisserait vite porter par la bonne humeur de la violoniste sautillant de part et d’autre de la scène. Les musiciens n’hésitent pas à jouer entre eux, que ce soit entre instruments cordes (violon et violoncelle), ou avec le clavier, la guitare ou la batterie.
Un astucieux mélange qui donne un nouveau souffle au rock français, dans la lignée de ce qu’ont pu faire Les Ogres de Barback ou encore Les Blérots de Ravel.
Un groupe à revoir sans aucune hésitation !

Pour clôturer la soirée, une entrée en scène classe et chic à son habitude. Alexis HK finit de remuer les rangs totalement emportés par le spectacle de ce soir.
En toute simplicité, sa guitare sous le bras, un homme discret qui montre que la chanson française n’a pas fini de faire parler d’elle, quelque soit le registre qu’elle emprunte.
Alexis HK, une voix rauque reconnaissable entre mille, armé d’un phrasé et d’une prononciation qui lui sont propres, un peu comme Desproges jouait et alignait les mots avec une dextérité rare.
Entre le conte et le chant, ses échanges cyniques avec le public sont comme les retrouvailles de vieux amis, et ça fait chaud au cœur.

Revenir aux Live report Festivals
A lire et à voir aussi
260 queries in 0,678 seconds.