Aujourd’hui15 événements

Interpol à l’Aéronef

Alors que samedi, Interpol assurait la 1ère partie de U2 au Stade de France, c'est en tête d'affiche qu'il joue ce soir à l’Aéronef. C'est d'ailleurs le seul nom sur l'affiche, pas de 1ère partie prévue. Comme en novembre 2007, le groupe américain joue à guichets fermés. Plus de places disponibles sauf grâce à Internet pour les plus chanceux et devant l'Aéronef pour les plus fous. Certains n'hésitent pas à faire grimper les prix (jusqu’à 100€).

Avec plus d’une demi-heure de retard, on a le temps d’entendre des conversations en français se mêler à d’autres en flamand et même en anglais. Interpol est très attendu ce soir pour le live de son 4ème album tout simplement éponyme comme pour marquer un retour aux débuts avec « Turn On The Bright Lights ». Un titre qui nous laisse rêveur quand le concert commence car il est difficile de distinguer le groupe sur scène avec les jeux de lumière rouge.

Entre deux nouvelles chansons, la salle a le temps de s’échauffer avec des titres des premiers albums. Pas toujours facile de comprendre les paroles si on ne les connaît pas mais au 5ème morceau, la voix du chanteur Paul banks résonne clairement pour présenter le titre : « Summer Well », « qui veut dire passer bien l’été », « l’été, on va à Saint-Tropez ». « Rest My Chemistry » et « Evil » emballe une partie du public, certains n’hésitent pas à slammer. Le groupe alterne les plus connus avec les nouvelles comme « Barricade » et « Lights », les derniers clips. C’est au moment où on sentait le groupe pris dans son concert et notamment Daniel Kessler, le guitariste, que sonne le rappel. Un moment un peu frustrant à une heure pile de concert. Après 3 morceaux de rappel, le groupe semble ravi de l’accueil du public.

Revenir aux Live report Concerts
A lire et à voir aussi
244 queries in 1,803 seconds.