Aujourd’hui38 événements

Last Train + Wallace Vanborn à l’Aéronef

Comment bien résumer la musique de  Wallace Vanborn ? Hum…. Prenez Triggerfinger (le déhanché de Ruben en moins). Prenez aussi Kyuss ou Queens of the Stone Age (mais sans l’Elvis roux Josh Homme). Mélangez bien et vous obtiendrez le trio qui se produit devant nous ce soir. Originaires de Gand, ils ont déjà sorti trois albums entre 2010 et 2014.  Le dernier, « The Orb We Absorb » a été enregistré avec Chris Goss (QOSTA, Mark Lanegan...) au Rancho de La Luna à Joshua Tree. Rien que ça !

Si à l’écoute ces opus nous ont laissé une très bonne impression et donné l’envie de les voir sur scène, on ne pouvait pas imaginer qu’on en ressortirait aussi content. Car leur musique prend toute sa dimension en live. Impétueuse, sismique, ravageuse, déchaînée. Voilà autant d’adjectifs qu’on peut lui accoler. Les guitares sont saturées comme il faut et sont soutenues par la voix grave de Ian, le chanteur. La basse ultra présente ajoute un peu de lourdeur au tout sans jamais être oppressante. Le public ne reste pas longtemps inactif et leur réserve un bon accueil. D’ailleurs, le groupe communique pas mal avec nous et avec beaucoup d’humour. Ce qui ajoute encore à leur capital sympathie déjà bien haut ! Ils nous quittent trop vite à notre goût. Ian traversant la foule pour disparaître dans les coulisses. Suivi rapidement par Sylvester qui lève haut ses cymbales et sort par le même chemin.

A peine le temps de se réhydrater ou de prendre l’air que Last Train investi la scène. Leur premier « vrai » album « Weathering » est sorti il y a quelques jours. L’occasion pour eux de retrouver le chemin de la scène. Et on les attend de pied ferme ! Car leur dernière venue dans le Nord, en dehors du Main Square de 2016, nous avait laissé une forte impression et on espère bien qu’elle sera confirmée ce soir. En tout cas le public ne boude pas son plaisir, dès les premiers instants il le leur fait savoir : cris, applaudissements à tout rompre, pogo et même des slams. On entend même un « Plus fort les gars » surgi de la gauche de la salle ! Niveau musique on sent que le groupe a mûri. Et cette maturité leur va bien. Moins de chichis. Juste du bon rock jouissif qui vous fait hocher la tête (et le reste) bien en rythme jusqu’aux dernières notes. Surenchère de guitare, basse ultra présente. Voix tendue à l’extrême. Riffs incisifs. Ces mots résument bien l’univers de Last Train et leur énergie sur scène. Et si les morceaux très pêchus du début ont laissé place à d’autres plus calmes, plus doux, le set marie les deux avec fluidité et on ne s’ennuie pas un instant.

Jean-Noël nous dit, au détour d’une chanson, que c’est la première fois qu’ils jouent à Lille même (ils sont déjà venus au Grand Mix et à La Cave aux Poètes) et il nous remercie d’être venus si nombreux ce soir. Il en profite pour saluer la prestation de Wallace Vanborn. Le set passe beaucoup trop vite et le rappel de deux chansons est lui aussi bien trop court. Lorsque Jean-Noël nous annonce la dernière chanson, une vague de protestations s’élève. Eh oui, il faut bien les laisser s’en aller. Après un « J’ai failli oublier ! » il nous annonce qu’ils feront la première partie de Placebo au Zénith de Lille le 21 avril prochain. Quelqu’un en profite pour sortir un magnifique « Placebo c’est de la m**** mais vous c’est bien ! » Voilà c’est dit. On vous laisse libre juge de la prestation du groupe mythique vendredi si vous vous y rendez… Mais on espère surtout que la première partie vous plaira ! 

 

Revenir aux Live report Concerts

A lire et à voir aussi

396 queries in 0,367 seconds.