Le clip de Rivelaine en version acoustique dite « de confinement »

Rivelaine est un chouette groupe du Nord. Il se décrit comme un « groupe de rock issu des friches post-industrielles minières, petit frère de Joy Division, The Smiths, Noir désir, Diabologum, influencé par Sonic Youth, Television, The Velvet Underground, qui tranche avec ses riffs et percute avec ses rythmes incisifs. » Il vient de sortir un super clip « Memento Memori » en version acoustique  dite "de confinement".

Rivelaine, un groupe ancré dans le bassin minier

Pierre écrit les textes, il est aussi au chant, au clavier et à la guitare. Cédric transcende le groupe à la guitare, Florian fulmine à la batterie, Maxime sublime les morceaux au violon et Gaëtan éblouit à la basse. Le groupe compose les musiques, à partir d’embryons de chanson que ramènent les uns et les autres.

Rivelaine vient de sortir un super clip « Memento Memori » en version acoustique. Avant de s’intéresser de plus près au morceau, revenons sur leur avant-dernier et magnifique clip qui mérite le détour « S’engager dans la marine », titre manifeste et engagé contre le FN, car Rivelaine n’a non seulement pas peur de donner son avis mais semble trouver son essence dans une lutte politico-sociale. C’est peut-être facile pour un groupe de s’insurger contre les dérives de la société, mais prendre position clairement, c’est le risque d’être classé dans la catégorie de groupes « contestataire et contestée ». Quelle est la vision de cette position artistique et est-elle à la base de la création de votre mouvement musical ?

Nous leur avons posé la question et ils répondent sans détour : « Pour écrire, pour composer, on s’inspire de nos racines géographiques, le bassin minier, de sa violence sociale, de ses luttes, de son passé, mais aussi de son présent, de ses dérives politiques et idéologiques, et de ses espoirs. On s’inspire aussi des humeurs du présent qui nous entourent, sur ce que l’on ressent, sur ce que l’on voit, ce que l’on entend, ce que l’on lit. Alors oui en effet par nature on peut définir notre principe de création comme une forme d’engagement et de contestation (le rock n’est-il pas au départ et par définition un langage de contestation ?). Pour S’engager dans la Marine, clairement nous venons d’Hénin-Beaumont, et il fallait que nous réagissions d’une manière ou d’une autre à la situation politique de la ville. Pour le clip, nous avons fait appel à deux jeunes vidéastes héninois du collectif Mine de Rien, tout aussi engagés que nous dans leur démarche artistique (voir l’excellent court-métrage « L’homme de charbon », réalisé dans le cadre de leur cursus au conservatoire de Douai). Maintenant, nos nouveaux textes (de nouvelles chansons sont en préprod) évoluent tout doucement et se centrent plus sur l’humain, sur des personnages que l’on croise, que l’on imagine, sur leurs sens en action, sur ce qu’ils vivent, ce qu’ils ressentent… Mais finalement, mettre l’humain au centre du processus d’écriture n’est-il pas aussi une forme d’engagement ? (Prochain sujet de philo du bac 2021 ?) »

Memento Mori, le nouveau clip réalisé pendant le confinement

Le confinement a apporté pour notre plus grande satisfaction son lot de créativité et aura été l’occasion pour eux de travailler différemment. Rivelaine nous a offert ce 17 avril 2020 une version acoustique dite "de confinement" de son titre Memento Mori, extrait de l'EP "Vivre libre".

Le chanteur a pu nous livrer que « l’idée est vite apparue de retravailler nos titres existants en version acoustique », parce que juste avant le confinement ils étaient « en pleine phase de création pour une sortie d’EP, voire d’album, en 2021… en plein boulot de création électrique » avec un certain rapprochement avec Esteban Fernandez pour la direction artistique.

Pierre nous a raconté, enthousiaste : « Le confinement a tout bloqué, et l’acoustique s’est vite imposée. Mais finalement, l’idée de créer et de faire un tourner un set acoustique dès la rentrée artistique fait son chemin, plusieurs morceaux sont en cours de réarrangement, et ça nous motive pas mal ! Nous reprendrons la création et la préprod « électrique » dès la fin du confinement. Pourquoi sortir ce titre en premier ? Parce qu’en cette période étrange, difficile, inédite… memento mori, « souviens-toi que tu vas mourir » alors surtout, n’oublie pas de vivre !

apéro-visio avec le groupe

Pour savoir comment le groupe va pendant ce confinement, et savoir si c’est rock la vie d’un artiste qui reste chez lui, on a pris des nouvelles fraîches pendant un « apéro en visio » :

Bonjour à tous ! Comment va le groupe Rivelaine en ces temps de confinement ? Tout le monde va bien ? Personne ne s’ennuie ? 

Florian le batteur : Le train-train quotidien du confinement peut paraître un peu difficile, mais la situation reste bien plus compliquée pour d’autres. Ici on a une terrasse, du soleil donc c’est cool, mais là je commence sérieusement à avoir besoin de gens, de contacts autres que ceux vécus en visioconférence.

Maxime au violon : Se lever tous les jours à 9h, voire parfois 8h45, boire un petit café, travailler au début du confinement jusque 12h, puis depuis que le travail dans le spectacle vivant est à l’arrêt jusque 10h30, de nouveau petit café, lecture des mails des collègues, pas très rassurants, et après 14h30 jouer du violon jusque 20h.

Pierrot le chanteur : Le confinement, comme pour Flo, je ne m’en plains pas. Il y a des situations bien pires que la mienne. Après le télétravail qui prend une bonne partie de la journée (sauf depuis les vacances), ça me permet de faire tout ce que je ne fais pas assez le reste du temps : lire, jouer de la musique, écouter de la musique, mais aussi bricoler, cuisiner (ben oui, la vie quoi)… et surtout se recentrer sur soi, sur la famille et sur les autres… mais vivement le retour des rapports humains ailleurs que devant un écran.

Cédric le guitariste : Alors moi le confinement j’en profite pour carreler ma buanderie (rires). Nan ça va, il y a vraiment pire ailleurs. Ça se passe bien.

Gaëtan : Je vais bien, même si je m’inquiète pour ma grand-mère qui est loin. Sinon je vis bien le confinement, je ne m’ennuie pas, je n’ai pas le temps pour ça !

Merci pour votre partage d’expérience et pour ce beau clip qu’on va vite aller écouter en boucle !

Photo : ©Page Facebook de Rivelaine

Les artistes locaux à (re)découvrir pendant le confinement

Revenir aux Actus
À lire aussi
159 queries in 0,505 seconds.