Aujourd’hui14 événements

Aurélie & Marion – Les Cachotteries de Lille

Aurélie & Marion – Les Cachotteries de Lille

Aurélie & Marion - Les Cachotteries de Lille 800 promesses de bons moments à Lille

Lille est une ville pleine de petits trésors qui ne demandent qu'à être découverts. C'est la mission relevée par Aurélie et Marion, qui se cachent derrière le blog Les Cachotteries de Lille. LillelaNuit a rencontré ce duo le temps d'une interview où nous avons pu discuter bonnes adresses, belles rencontres mais aussi de 800 promesses de bons moments à Lille, un guide concocté par nos cachottières.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de créer votre blog Les Cachotteries de Lille ?

Aurélie : J’ai passé cinq ans à Paris où j’étais consommatrice de blogs de bonnes adresses pour découvrir la ville. Je suis rentrée à Lille, j’ai eu une période de chômage, je me suis donc demandée comment l’optimiser au mieux. L’idée me titillait depuis un moment, j’ai donc finalement lancé le blog le 1er janvier 2014 en m’inspirant un peu de ce qui existait déjà, de ce que j’avais vu à Paris. J’ai vu qu’à Lille il n’y avait pas encore beaucoup de blogs sur ce créneau-là donc je me suis dit qu’il y avait une place à prendre. J’ai travaillé une ligne éditoriale sur le côté bonnes adresses de restos et de bars, un peu d’activités insolites ou originales, de sport, de bien être... Marion m’a rejoint au bout de quelques mois. On est trois en fait : mon copain reste un peu dans l’ombre pour s’occuper du côté technique et graphique. Ça a rapidement bien marché, je pense qu’on est arrivés au bon moment, quand il y a eu beaucoup de demandes sur ce sujet. Il y a eu pas mal de bouche à oreille. La page Facebook a donc très vite décollé, ce qui nous a permis d’avancer, de se développer, de créer des événements, d’avoir des projets différents, notamment avec le guide Michelin en tant que rédactrices.

Marion : On a aujourd’hui 20 000 visiteurs par mois, et plus de 23 000 abonnés sur facebook. Tout ça nous permet d’avoir des retours des Lillois et de nos lecteurs. C’est une belle aventure qui demande de la rigueur mais nous permet aussi de parler des lieux qu’on aime tout en menant nos vies professionnelles à côté.

Aurélie : L’idée de base était de montrer aussi une belle image de Lille. Quand je suis rentrée de Paris, mes amis m’ont dit «  Mais qu’est-ce que tu vas faire à Lille ? Il n’y a rien à faire ! ». Un peu les vieux clichés… et c’est vrai que je trouvais que Lille souffrait d’une image un peu négative dans les médias. En rentrant après huit ans passés à Paris et ailleurs, j’ai trouvé que la ville avait changé en bien, qu’il se passait plein de choses, qu’il y avait des créateurs de concepts, plein de boutiques et de restaurants. J’avais envie de mettre en avant toutes ces belles initiatives. On nous demande souvent pourquoi on ne parle que de choses positives et pourquoi on ne critique pas quand on vit de mauvaises expériences (ce qui nous arrive parfois) : parce que la volonté pour nous est vraiment de parler de manière positive.

On n’est personne pour critiquer un commerce ou autre. On n’est pas journalistes de métier, on n’est pas investigatrices ou critiques culinaires. L’idée était vraiment de ne garder que le bon, que le beau, que le bien, que des bonnes nouvelles, que des belles choses !

Aurélie

Comment est née l’idée du guide ?

Aurélie : C’est la maison d’édition Bonneton qui nous a contactées. A la base, elle ne lançait des guides que sur Paris, des guides thématiques sur des promesses de bons moments, des belles balades.... Ils prennent à chaque fois une thématique et ils avaient envie de développer ces guides en région. À chaque fois, ils font appel à des journalistes, des bloggeurs ou des influenceurs. On a été contactées en tant qu’auteures. On avait un brief assez précis, ce n’est pas le guide des Cachotteries de Lille mais une commande. On avait la contrainte de trouver "800 promesses de bons moments", ce qui nous a fait un peu peur au début puisque pour vous donner une idée, on a 360 articles sur le blog.

Est-ce que vous avez vraiment testé "les 800 promesses" ?

Aurélie : Oui, on a tout testé, on est allées partout ! Il y a un vrai travail de recherche, d’actualisation. Il y a beaucoup de choses qui ouvrent mais aussi beaucoup de choses qui ferment à Lille. Il y a aussi une mise à jour de nos informations : on doit tout vérifier, tout classer par quartier – chose qu’on ne fait pas forcément sur le blog. On est aussi allées dans les villes de la métropole qu’on connaît moins : Villeneuve d’Ascq, Marcq-en-Baroeul, Roubaix, Tourcoing… On essaye de temps en temps de sortir de Lille mais par simplicité 90 % de nos adresses sont à Lille. C’était aussi un véritable exercice pour nous de sortir de nos habitudes et d’aller se balader le week-end en se disant « Qu’est-ce qu’on va faire ? ». On a été surprises nous-même de voir qu’il y avait un peu de tout dans toutes les villes de la métropole. Ce qui changeait aussi, c’est que ce n’était pas que des lieux de consommation (bars, restos...), mais ils nous avaient demandé de nous concentrer aussi sur tout ce qui est touristique : des détails d’architecture, des choses qu’on voit juste en levant les yeux lors des balades… et aussi de plaire à tous publics. Aujourd’hui, on écrit pour des gens qui nous ressemblent, sans le vouloir, mais ça reste des trentenaires. Là, il fallait plaire à la famille avec quatre enfants, au retraité qui a le temps de se balader, aux gens qui ne connaissaient pas Lille et qui ont 48h pour parcourir la ville. C’était un bon exercice pour nous parce que le papier on connaissait moins même pas du tout. C’était un peu un rêve qu’on ne s’avouait pas forcément. On a vu que c’était beaucoup de travail.

800-promesses-de-bons-moments-lille-les-cachotteries

Pendant combien de temps avez-vous finalement préparé ce guide ?

Aurélie : Environ six mois.

Marion : Ce sont des dizaines et dizaines d’heures pour trouver les adresses. Rédiger ces "800 promesses de bons moments" demande un gros travail. Heureusement qu’on était deux ! (rires)

Aurélie : Je ne l’aurais pas fait toute seule. Une autre contrainte était qu’en une phrase on devait résumer un bon plan. Il faut donner envie et ne pas trop être dans la description classique. On nous a même demandé une petite pointe d’humour, chose qu’on ne fait absolument pas sur notre blog ! (rires) Dans notre ligne éditoriale, on n’est pas du tout sur l’humour mais plutôt sur un ton assez neutre. On s’est dispatché le travail et on s’envoyait nos phrases. C’était difficile, amusant mais intéressant. On a aussi bien travaillé nos synonymes parce qu’il fallait toujours commencer par un verbe. Une fois qu’on a utiliser "visiter", "découvrir", "déguster", il fallait trouver d’autres verbes ! On a travaillé nos formats courts, maintenant on est meilleures sur nos titres d’articles !

Marion : C’est vraiment un autre exercice que celui qu’on fait au quotidien sur les Cachotteries, mais c’était très bien aussi et ça nous a amusé de pouvoir écrire sur plein de choses différentes ! C’est complètement différent de ce qu’on fait mais en même temps c’est aussi complémentaire. Le papier aide à concrétiser les choses, à toucher d’autres publics : des personnes qui ne vont pas forcément sur le web pour trouver de bonnes adresses.

Le format [du guide] est top, il se met dans un sac à main, on peut le garder pendant la balade et piocher au fur et à mesure des bonnes idées.

Marion

Question difficile puisque qu’il y a 800 promesses : une belle découverte que vous avez pu faire en préparant le livre ?

Marion : Forcément on a nos adresses et nos promesses un peu « chouchou » parce qu’on les aime bien et on les connaît bien… C’est surtout dans les villes ou les quartiers qu’on ne connaissait pas. On a pu parler du Marché de Gros à Lomme par exemple. Ce n’est pas un endroit où on va tous les jours.

Aurélie : Pour moi, c’est plutôt les associations qui sont investis dans des petits lieux comme des jardins : il y a des jeux le dimanche, parfois des bals. Ce ne sont pas des lieux où on irait naturellement mais on a remarqué que des acteurs y créent des choses et, même si elles ne plairont pas à tout le monde, elles ont le mérite d’exister et de perdurer dans le temps. On était contentes d’aller voir tous ces commerçants, ces ateliers de broderies qui restent petits, tellement petits qu’on se demande comment ils arrivent à vivre. Mais on est contentes de voir qu’ils continuent à vivre et qu’il y a encore des gens qui y vont. Il y a un public et c’est rassurant.

Et quelles sont vos adresses incontournables ?

Marion : J’aime beaucoup La Luck, qui a ouvert il n’y a pas très longtemps dans le Vieux Lille. C’est un bar à jeux, et comme on aime bien les concepts un peu inédits ou insolites… On a aussi fait du stand-up paddle sur la Deûle. On l’a fait plusieurs fois ! On parlait des acteurs un peu plus tôt. Maxime du Grand Huit ou Alessandra, la professeure de zumba sont vraiment des personnes dont le but, au-delà de leur activité, est de promouvoir la ville et de faire des nouvelles expériences. Je pense que ce sont les meilleurs coups de cœur.

Aurélie : J’aime bien le Popcup Café à La Madeleine, limite Marcq. Ce sont deux filles qui ont créé ça il y a un plus d’un an. C’est un café où on choisit une céramique  (un mug, une assiette…) et on apprend à le peindre sur place. C’est un salon de thé en même temps donc on passe l’après-midi là, c’est super convivial. Il y a quand même plus de filles que de gars ! Mais c’est sympa à faire entre copines ou en famille. Après il y a des restos que j’adore mais je ne vais pas être très originale. Je suis une fan inconditionnelle du Bloempot. C’est un endroit qui a beaucoup de sens pour nous puisque c’est un des articles qui a le mieux marché la première année et qui continue à être lu tous les mois. Il y a eu pas mal de petites anecdotes un peu médiatiques du blog sur cette adresse et c’était une vraie rencontre avec Florent qui nous pas mal appris sur la gastronomie lilloise et qui nous a aidé à dénicher plein d’autres adresses.

les-cachotteries-de-lille

"On est cachottières donc vous ne pouvez pas tout savoir !" Les Cachotteries de Lille nous préparent quelques surprises en 2017...


Et pour Lille, la nuit vous avez des endroits favoris ?

Marion : Je suis une fan inconditionnelle du Tír na nÓg mais c’est une institution. J’aime aussi beaucoup le Farafina, quartier Solférino. Le Spotlight aussi est très sympa pour passer des soirées un peu différentes. Pouvoir regarder des gens faire du one man show… C’est intimidant pour eux mais en même temps super accessible comme lieu !

Aurélie : Et moi, je suis une fan inconditionnelle de La Pirogue mais c’est pareil, c’est une institution. Le Stairway est sympa aussi. Les bons plans du soir dépendent beaucoup du moment qu’on est en train de vivre. C’est pas comme un test de restaurant où on se fixe plus sur l’assiette et le service ou la déco alors que le soir ça va plus dépendre de l’ambiance.

Vous avez d’autres projets après la promo du livre ?

Aurélie : On a pas mal d’autres projets mais qui sont dans les cartons pour l’instant. Là on est sur l’organisation d’un événement mais pour le moment ça reste confidentiel.

Marion : On n’en fait pas souvent parce que ça prend du temps mais à chaque fois on trouve ça enrichissant de rencontrer des gens et de passer un bon moment avec eux. On préfère les formats qui ne sont pas énormes pour qu’on ait le temps d’échanger.

Aurélie : Il y a une newsletter aussi qui va arriver parce qu’on n’en a toujours pas. On est cachottières donc vous ne pouvez pas tout savoir ! Il faut continuer de se renouveler, ça fait 3 ans et on le voit. Il faut avancer.

Copyright photo : Humans of Lille hébergé sur le blog.
« On a beaucoup aimé le travail de Humans of Lille. On lui a même proposé de l’héberger sur Les Cachotteries parce que c’est ce qu’on fait mais sur les gens. Quand on est tombées sur son travail on a trouvé ça naturel et authentique. Marion de Humans of Lille est aussi une passionnée et elle fait partie des gens qui ont envie de promouvoir Lille autrement. »

Revenir au Mag Interviews

À lire aussi

226 queries in 0,261 seconds.