Aujourd’hui14 événements

-M- « Lamomali »

-M- « Lamomali »

-M-, Toumani et Sidiki Diabaté, Fatoumata Diawara Lamomali Style : Musiques du Monde Sortie : 07/04/2017

Site Web

"Lamomali" de -M-

Parler de -M- aujourd’hui c’est avant tout se remémorer, pour les aficionados lillois, le magistral concert donné par le guitariste français alors au sommet de son art au Zénith en 2005, concert qui avait duré…quasiment 4h !

Alors oui depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, Matthieu Chedid multipliant les collaborations avec d’autres artistes, des cinéastes tels que Guillaume Canet mais aussi plus récemment sa famille tout entière lors d’une petite tournée de quelques dates sobrement intitulée « La Famille Chedid ». Côté carrière, celui-ci avait tenté de laisser le personnage de -M- au placard afin de nous suggérer un Mathieu Chedid plus énigmatique, ce qui donna naissance à « Mister Mystère », héros à la personnalité assez complexe, sombre voire un peu mélancolique, au final un roi des ombres intriguant mais qui laissa sans doute à la porte du château quelques-uns de ses plus fidèles sujets. Trois ans plus tard, nouvelle proposition encore plus éloignée de l’univers rock des débuts avec un -M- new-look aux sonorités électro-pop qui termina de nous dérouter avec ce véritable OMNI (objet musical non identifié) que représente l’album « Îl ».

Pour les nostalgiques de « Qui de nous deux ? », autant le dire d’emblée, vous ne serez pas comblé par cette nouvelle aventure malienne de -M-, car aujourd’hui c’est bien en Afrique que le Machistador pose ses valises et nous envoie ses carnets de voyage à travers ce court (35 minutes environ) mais intense opus « Lamomali ». Fruit d’une collaboration avec de nombreux artistes cosmopolites (africains, brésiliens, français…), -M- nous clame ici son amour pour ce pays qui lui a tendu les bras il y a plus de dix ans maintenant et qui avait déjà pu lui inspirer des titres tels qu’Amssétou (Au Mali j’ai retrouvé, au Mali ma liberté) ou l’histoire de la fameuse Mama Sam. En ressort de cette expédition un disque énergique, rythmé, chaleureux bref un album qui « sent le soleil ».

A l’image de la pochette qui voit s’enlacer une femme noire et une autre blanche, comme un appel au vivre-ensemble et à la fraternité si mis à mal ces temps-ci, les thèmes du partage, de l’amour, de la joie (illustrés sur Toi Moi par l’inévitable patriarche Louis Chedid) sont évidemment présents sans oublier la solidarité (refrain scandé sur le titre du même nom par un brassage délicieux composé de l’immense Youssou N’Dour, du brésilien Seu Jorge qui avait fait la première partie de ce même -M- lors du concert de 2005 souvenez-vous, ou encore du rappeur Nekfeu, le tout rythmé par les envolées cuivrées du trompettiste Ibrahim Maalouf). Le titre éponyme Lamomali ne délaisse pas non plus le côté dansant de cette musique africaine, bien aidé en cela par les voix profondes d’Amadou et Mariam et le talent créateur de l’excellente Jain. Enfin, la Kora, instrument traditionnel à mi-chemin entre le luth et la harpe présente sur plusieurs morceaux tel un fil rouge, apporte une atmosphère poétique supplémentaire à une œuvre déjà très réussie.

Bref à l’écoute de cet album, l’on sent très bien que celui-ci s’est réalisé avec une bande de copains et que le moteur de cette création a été le bonheur (titre aérien sublimé par les envolées lyriques du contreténor Philippe Jaroussky, un bijou), le bonheur de se retrouver pour partager une aventure commune qui met en lumière la richesse culturelle du Mali, assez méconnue il faut bien l’avouer. Alors certes le -M- initial semble s’être définitivement éloigné (attention les riffs accrocheurs sont toujours parsemés ici ou là, on ne chasse pas le naturel) mais cette fois la proposition est à hauteur de l'événement, alors laissez un peu de côté vos habitudes musicales, mettez de la crème et offrez-vous une bonne demi-heure de grand soleil, comme dirait la Compagnie, c’est bon pour le moral !

Ainsi, si vous souhaitez participer au « bal de Bamako » tout en restant à Lille, rendez-vous le 18 juin au Zénith (oui, le dimanche à Bamako ce n’est pas seulement le jour des mariages) !

Revenir au Mag Chroniques

À lire aussi

228 queries in 0,303 seconds.