Aujourd’hui30 événements

Bagdad Bahn vous emmène dans un voyage lunaire avec l’EP « Songs of Disquiet »

La scène rock lilloise a la chance de compter bon nombre de groupes et d’artistes qui aiment nous faire voyager. Un de ces groupes s’appelle Bagdad Bahn, et il vous emmène dans un voyage lunaire et mélodieux. À recommander aux aficionados de Radiohead, American Football ou encore Coldplay (avant 2008). Le quintet lillois a sorti son second EP, intitulé « Songs of Disquiet », en avril dernier. Petite particularité : le groupe a choisi de réaliser une vidéo pour chaque morceau de l’EP. Pour l’heure, les deux premiers titres sont disponibles sur Youtube.

Bagdad Bahn signe un EP de pop-rock clean et frais, assez diversifié malgré le nombre de titres limité. Piano et guitare se partagent le premier rôle, jouent la carte de la délicatesse et de la minutie en contraste de la voix grave et imposante du chanteur. Laissez-nous vous balader un peu au travers de cette nouvelle réalisation, en commençant par le premier extrait sorti en mars dernier : « Run to Hide ».

L’EP s’ouvre sur un titre math rock planant et esthétiquement soigné, une entrée en la matière douce et mélancolique qui donne le La pour la première moitié de l’album. S’en suit « Cosmic Ocean », qui porte très bien son titre grâce au synthé futuriste (ou vintage au contraire ?) qui rappelle la musique progressive des années 70s ou 80s dans un morceau résolument moderne. Le 3e morceau, « Fossil Radiation », mélange de mélodies au piano et de chant aérien et percutant rappelle avec plaisir « Shiver », qui vient tout droit des premières heures de Coldplay.

« What’s Gone Is Gone » marque une tournure funky dans l’EP, qui se met à décoller et à vibrer au son d’un solo de guitare. C’est le piano qui prendra à nouveau le relais dans le morceau suivant, qui porte le nom de l’EP : un titre qui commence plutôt doucement avant de faire monter le swing. Rythmé jusqu’au bout, le dernier morceau, « Time Traveller » se termine dans une course folle qui part de l’indie pour finir sa route dans le rock progressif aux accents Pink Floydiens, où la basse et la batterie prennent leur revanche sur les autres instruments fétiches du groupe.

« Songs of Disquiet » est disponible au téléchargement sur Itunes, Spotify et Google Play. Vous pouvez retrouver l’actu du groupe sur leur site web ainsi que sur les réseaux sociaux.

Revenir au Mag Actus

À lire aussi

336 queries in 0,382 seconds.