Suivez-nous : facebook twitter myspace
 
       
 
Par genre
Concerts
Soirées
Festivals
événements culturels
Autres
Tous
Par date
Avril 2014
Mars 2014
Février 2014
Janvier 2014
     
Email :
Pass :
Pas encore membre ? Mot de passe oublié ?
Problème de connexion ?
 
Partenaires
Société générale Société générale
Aloe Blacc + Gizelle Smith + The ET...
 
Aloe Blacc + Gizelle Smith + The ET's à l'Aéronef - Paradis Artificiels
Mercredi 20 Avril 2011
Photos : TomA - Review : Dirtygreg
 
66 photos
 
 
Vous pouvez commenter chaque photo de cette review.
Pour cela, cliquez sur la photo qui vous plait et postez votre commentaire.

Chargement des photos...
 

La première semaine du Festival des Paradis Artificiels se termine déjà. Mais aucun signe d'essoufflement à l'horizon. Sauf peut-être pour les chroniqueurs. Et encore... Leurs amies caféine et nicotine sont là pour les aider à tenir le choc...

En ce soir du mercredi 20 avril, la riche programmation du festival met à l'honneur la Soul, le Funk et le Groove en conviant à l'Aéronef deux jeunes et talentueux représentants de la Great Black Music: l'américain Aloe Blacc et la britannique Gizelle Smith. Une soirée prometteuse, ces deux artistes ayant déjà furieusement éprouvé les guibolles des Lillois lors de leur premier passage dans la métropole au mois d'octobre 2010 (au Grand Mix pour Aloe et à La Péniche pour Gizelle).

Inexplicablement, la soirée commence par une monumentale erreur de casting avec la présence, non annoncée au départ, du groupe franco-camerounais The ET's qui a réussi à créer le buzz sur Internet avec son single « Madame Météo » (sic), que l'on ne peut s'empêcher de considérer comme le pendant féminin de l'immortel tube « Senior Météo » de feu Carlos. L'Aéronef ayant eu la délicate intention d'installer un bar à l'extérieur, une grande majorité du public présent préfèrera profiter des derniers rayons de soleil de la journée en patientant dehors avec une petite mousse bien fraîche entre les mains. Jo A et Mister Ice ont beau déclarer Nous Venons En Paix en nommant ainsi leur album, impossible de ne pas voir en leur musique, qui rappelle la triste période des Boy's Band français, et leur présence incongrue dans ce lieu de spectacle, voué à des événements de qualité, les prémisses d'une invasion. Grande incompréhension dans l'assistance...

Fort heureusement, le plaisir s'invite de nouveau dans la partie avec la montée sur scène de Gizelle Smith et de ses Mighty Mocambos. Plaisir des yeux dans un premier temps, la demoiselle faisant preuve d'une grande beauté. On surprendra même un collègue photographe, bouche ouverte, appareil posé sur le bord de la scène, déstabilisé par le physique avantageux de cette panthère noire, oubliant presque d'immortaliser ce moment... Ravissement des oreilles dans un second temps. Celle que les aficionados de la Black Music ont surnommée « la Golden Girl Of Funk » n'a, en effet, rien à envier aux grandes divas des Seventies. Voix sensuelle et maîtrisée, interprétation féline, on ne peut que craquer. Les défauts mineurs perceptibles sur l'album (ambiance mielleuse, manque de profondeur de certaines compositions) s'effacent pour laisser place à un concentré d'énergie pure faisant souffler un vent de fraîcheur sur la Deep Funk. Les Mighty Mocambos, formation allemande, développent un son à l'ancienne à grand renfort de cuivres chaleureux, de pédales wah wah, de basses érotiques et de percussions lascives, sans tomber dans le piège du passéisme vain et futile. Un son vintage, dans le bon sens du terme, racé et nerveux, que n'ont pas de nombreuses jeunes artistes féminines, labellisées un peu trop vite, et à l'encontre du bon goût, Néo-Soul (Duffy et Joss Stone les premières).

C'est au tour de la gente féminine de se montrer comblée avec l'arrivée, sur les premières notes de son « I Need A Dollar », d'un Aloe Blacc tout sourire, plus qu'élégant que jamais avec sa chemise orange, son gilet à carreaux et son chapeau sur la tête. L'accueil enthousiaste qui lui est réservé est à la hauteur du succès grandissant rencontré par l'album Good Things. Comme au mois d'octobre à Tourcoing, l'introduction du magistral single cède sa place au morceau « Hey Brother », symbole de l'harmonie que va installer le chanteur dans la salle tout au long de sa prestation.

Le concert se montre moins « expérimental » que lors de sa première venue dans la région, emprunte moins de chemins de traverses. Pas de passages Reggae ou Free Jazz ou de reprises décalées de Police ou de Green Day au programme. Aloe Blacc opte pour un plus grand classicisme. Néanmoins, cela ne gâche en rien le plaisir des retrouvailles. Le chanteur subjugue. Son charisme est indéniable. Sa voix enchanteresse réveille les fantômes des grands noms de la Soul. Sam Cooke, Marvin Gaye, Otis Redding ont trouvé un héritier, un fils digne de prendre leur succession. Espérons seulement qu'il ne connaisse pas leur tragique destinée.

Les titres de l'album (« Loving You Is Killing Me », « Green Lights », « Momma Hold My Hand », « Miss Fortune »…) se succèdent à un rythme effréné et rappellent à quel point Good Things est un classique instantané, un album majeur de ce début de siècle, de la trempe du What's Going On de Marvin pour sa richesse mélodique et sa sensibilité politique et sociale. « I Need A Dollar », bande originale de la crise financière actuelle, est reprise tel un hymne par le public. La situation est désespérante. Autant danser alors, car cela ne sert à rien de pleurer ou de se lamenter.

Habité par ses chansons, Aloe Blacc impressionne par son refus du sensationnalisme, sa volonté de ne pas en faire trop. A l'esbroufe, il privilégie l'émotion et le naturel. Humble et modeste, il tire des leçons de ses mentors. S'inspire du Gospel ou du Rhythm And Blues des années soixante pour apporter un supplément d'âme à sa musique. Avec The Grand Scheme, le groupe qui l'accompagne, le chanteur a trouvé les musiciens idéaux, Old-School tout en ayant une approche résolument moderne de la Soul Music, évitant ainsi la caricature ou un enfermement scolaire dans des codes pré-établis. Des ambiances tropicales et exotiques seront ainsi de la fête avec la venue sur scène, le temps d'un duo, de la chanteuse, d'origine mexicaine, Maya Jupiter.

Aloe Blacc étant également programmé lors du festival du Main Square à Arras le samedi 2 juillet, le chanteur n'a pas fini de régaler le public nordiste. On ne peut que s'en réjouir!

[Afficher toute la review]
[Masquer la review]
Reportage vu 890 fois - 0 commentaire(s)
 
  Commentaires :


  Postez votre commentaire  
     
 

Recopier le code:
 
  (limité à 300 caractères)
Bientôt en ligne
The Strypes + Shadow MotelThe Strypes
Terriblement rétro, extrêmement talentueux ! Les jeunes Irlandais de The Strypes – 17 ans en moyenne - nous ramènent à...
The Strypes + Shadow Motel
23 avril 2014
Grand Mix (Le)
GiedréGuitare noire et cheveux blonds, GiedRé chante ces petites choses dont on a honte mais qui font rire quand les autres les racontent. En deux notes et trois accords, elle retrace...
Giedré
16 avril 2014
Splendid (Le)
Open-mic de Tourcoing - Sosh aime les inRocKs labAprès avoir révélé des artistes comme Cocoon, Cascadeur, Christine and the Queens, les inRocKs lab et Sosh repartent sur...
Open-mic de Tourcoing - Sosh...
17 avril 2014
Grand Mix (Le)
Barcella + Da SilvaBarcella compte parmi les artistes les plus inventifs de sa génération. Nourri des cultures urbaines et de l’imposant patrimoine de la chanson...
Barcella + Da Silva
17 avril 2014
Splendid (Le)
Mozes & The FirstbornDans le port d’Amsterdam, il n’y a pas que les marins qui chantent. Le dénommé Melle Dielesen en est un exemple aussi vivant que probant. A la...
Mozes & The Firstborn
15 avril 2014
Péniche (La)
ALBALB :
YZG7879HGT est le code secret de la porte d'entrée du clavier maître de la salle des machines de la commande d'une des manettes du cerveau de Clément Daquin,...
ALB
16 avril 2014
Péniche (La)
Paon + Hill ValleyUn torrent avec des virages, et même des loopings. Hill Valley fait ce genre de rock, qui exige de gros bras mais surtout un cœur indestructible, résistant aux...
Paon + Hill Valley
17 avril 2014
Péniche (La)
The Stranglers - Ruby TourPour clôturer le Disquaire Day 2014 à Lille, The Stranglers viennent se produire au Splendid !
La formation, nommée au départ « The...
The Stranglers - Ruby Tour
19 avril 2014
Splendid (Le)
King Khan & The Shrines + Sheetah & les WeissmüllerEmmené par le charismatique Black Snake et sa voix à nulle autre pareille, King Khan & The Shrines...
King Khan & The Shrines +...
16 avril 2014
Aéronef (L')
Les 20 derniers
Oncle Vania au Thé...
Tim Fromont Placen...
L'Open Museum avec...
Elephant + Renan L...
Girls In Hawaii + ...
Elena de Cavalli à...
Tcheky Karyo à Har...
Skip The Use + Car...
Mogwai + Pye Corne...
King Krule + Thidi...
Têtes Raides + Len...
Jonathan Wilson + ...
AqME + Undercry au...
Catch Me ! If You ...
Doctor Flake à la ...
Expo Rémy Pagart &...
HollySiz + Beau Fu...
Cults + Emily Jane...
La Ronde de nuit a...
Ebo Taylor + Antho...
 
       
       
 
Êtes-vous fan de lillelanuit.com ?
Rejoignez nous sur facebook